Versilio

Documents
Lire un extrait : pdf
Pays : France Éditeur :
ISBN : 9782221156650
Parution : 19/03/2015
Autres éditions disponibles : Ebook

Éloge d'une sexualité épanouie à tout âge.

Trop d'hommes et de femmes pensent que, à l'instar de la vie professionnelle, leur vie amoureuse et sexuelle va inéluctablement s'arrêter après soixante ans. Ils perçoivent cette fin comme une fatalité – comme si la sexualité et l'amour étaient le monopole de la jeunesse. Pour beaucoup de gens la sexualité après un certain âge est même un sujet tabou. Depuis dix-huit mois Marie de Hennezel a mené une enquête – auprès de sexologues, de thérapeutes, recueillant aussi de nombreux témoignages d'hommes et de femmes de soixante à quatre-vingt-dix ans –, et s'est plongée dans la lecture d'études publiées à travers le monde. Les conclusions de son livre sont extrêmement saisissantes et rassurantes : Marie de Hennezel y démontre clairement que, au contraire des idées reçues, nous pouvons mener une vie sexuelle épanouie après soixante ans –, et que souvent elle peut être même plus riche, plus importante que celle que nous avons connue à d'autres périodes de notre vie. Les raisons de cet épanouissement sont multiples. Pour commencer, à partir d'un certain âge nous ne subissons plus de pression professionnelle quotidienne, et les enfants, qui ont grandi, quittent le foyer familial ; dès lors nous pouvons retrouver du temps pour notre couple. Nous sommes libérés de nombreuses contraintes – et notre sexualité peut se libérer à son tour. Comme en attestent les études scientifiques, une vie sexuelle active joue un rôle essentiel dans la santé physique et psychique des seniors. Elle est un facteur de longévité heureuse. Au-delà de la barrière symbolique des soixante ans, nous devons donc garder confiance dans la vie. Conserver une bonne image de nous-même et une estime de soi intacte est essentiel pour rester désirants et désirables, quels que soient les modifications senties par notre corps. Marie de Hennezel nous appelle à ne pas baisser les bras. Son livre est un véritable manifeste : il faut savoir pétiller de vie et toujours vouloir savourer les bonnes choses, pour se sentir l'envie d'aimer longtemps.

 

Psychologue, psychothérapeute, Marie de Hennezel a travaillé dix ans au sein d'une équipe de soins palliatifs à l'institut mutualiste Montsouris, à Paris. Elle donne des conférences et participe à des séminaires de formation à l'accompagnement de la fin de vie, en France et en Europe. Elle a publié, chez Robert Laffont, La Mort intime (1995), L'Art de mourir (en collaboration avec Jean-Yves Leloup, 1997), Nous ne nous sommes pas dit au revoir (2000), Le Souci de l'autre (2004), La chaleur du cœur empêche nos corps de rouiller (2008), Nous voulons tous mourir dans la dignité (2013) et J'ai choisi de me battre, j'ai choisi de guérir (avec Claude Pinault, 2014).

Biographie de l'auteur - Marie de Hennezel

 Marie de Hennezel est psychologue clinicienne et écrivain.

Elle est la cinquième d'une famille de onze enfants. Elle a trois enfants, et huit petits enfants.

Après avoir fait des études de langues et enseigné l'anglais aux élèves du secondaire ; elle est retournée à l'université pour y achever un DESS de psychologie clinique et un DEA de psychanalyse.
Sa carrière de psychologue commence en 1975. La loi Veil sur les interruptions volontaires de grossesse vient d'être votée. Des vacations de psychologues sont crées dans les bureaux d'aide sociale. C'est dans le cadre de ces consultations de planning familial que Marie va écouter pendant 7 ans des femmes en détresse. Puis, elle obtient un poste de psychologue dans un hôpital psychiatrique à Villejuif. Elle y travaille trois ans auprès de grands psychotiques.
En 1986, lors d'un déjeuner amical avec François Mitterrand, alors président de la république, celui ci lui parle des travaux d'une commission ministérielle sur l'accompagnement des mourants et du projet de création d'une unité de soins palliatifs pilote à l'ancien hôpital universitaire (aujourd'hui Institut Mutualiste Montsouris) à Paris.
François Mitterrand lui propose alors d'intégrer la première équipe de soins palliatifs en Europe continentale. Cette équipe, dirigée par le Docteur Abiven, est entièrement volontaire. Marie participe à la formation des soignants qui se réunissent régulièrement en attendant que s'achèvent les travaux de ce petit service (12 lits) destiné à accueillir des personnes en phase terminale d'une maladie mortelle. 

Dans un monde marqué par le déni de la mort, où trop souvent les gens meurent dans la solitude, le silence et l'abandon, cette création représente un formidable défi : montrer que l'on peut mourir dans des conditions humaines, dignes, sans souffrances intolérables, entourés de sa famille et de ses amis.
C'est l'expérience acquise dans ce service que Marie relate dans "la mort intime" (1995), préfacé par François Mitterrand, quelques mois avant sa mort.
Elle y raconte aussi certains moments forts vécus pendant les deux ans (1990-1992) qu'elle a passé au sein de l'unité de soins Sida, dirigée par le Docteur Tristane de Beaumont à l'hôpital Notre Dame du Bon secours. C'est l'époque noire du Sida, où de nombreux jeunes gens meurent dans les hôpitaux, remettant en question médecins et soignants démunis, car trop pris dans l'illusion de la toute puissance médicale.
Devant l'immense besoin d'accompagnement psychologique et spirituel des personnes touchées par le VIH, Marie de Hennezel fonde en 1992, avec Jean-Louis Terrangle, l'Association Bernard Dutant - Sida et Ressourcement. Son objectif est d'accueillir ceux qui, condamnés par la médecine, conscients d'avoir un temps limité à vivre, sont en quête de sens.
Avec l'évolution des nouvelles thérapies, le Sida devient une maladie chronique et l'Association Bernard Dutant, aujourd'hui basée à Marseille, s'oriente vers des activités de ressourcement pour "prendre soin de soi" (week-ends de marche, théatre, soirée de partage).
Depuis le succès de " la mort intime " (traduit en vingt langues) Marie continue à écrire pour transmettre son expérience et contribuer au changement des attitudes face à la mort. Son livre « le souci de l’autre » a reçu le prix Livres et droits de l’homme de la ville de Nancy remis par le professeur François Jacob en 2005.

Sa formation universitaire (DESS de Psychologie Clinique et DEA de Psychanalyse à Paris VII) s'est enrichie de formations personnelles auprès notamment d'Elie Humbert (ancien président de la Société Française de Psychologie Analytique), de l'américain Richard Moss, de Frans Veldman, fondateur du CIRDH, Centre International de Recherche et de Développement de l'Haptonomie.
Sa formation à l'Haptonomie a été essentielle dans l'approfondissement des qualités de contact et de présence, si nécéssaires dans le soin et l'accompagnement des grands malades et des mourants.

En 1999, Marie de Hennezel a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur, sur proposition du premier ministre Lionel Jospin; ils lui ont été remis par Soeur Emmanuelle.

En octobre 2002, Jean-François Mattei, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, lui confie une mission sur la fin de vie.
Un rapport "Fin de vie et Accompagnement" est remis au ministre le 16 octobre 2003.

En mars 2003, Jean-François Mattei, Ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, lui remet les insignes d'Officier de l'Ordre National du Mérite.

Le 17 décembre 2003, elle est auditionnée par la mission parlementaire d'information sur l'accompagnement de la fin de vie. Cette mission a proposé une loi sur les droits des malades et la fin de vie qui a été adoptée par le parlement le 30 novembre 2004.
Lire le procès-verbal de la séance.

Le 26 mars 2006, elle est invitée par Monseigneur André Vingt-Trois à donner une conférence à Notre Dame, sur le thème du "Mourir", dans le cadre des prestigieuses Conférences du Carême.

Elle a été chargée de mission auprès de Xavier Bertrand, Ministre de la Santé et des Solidarités. Dans le cadre de sa mission, elle a effectué un tour de France des régions, en appui des Agences régionales d'hospitalisation (ARH) et des DRASS, pour informer et sensibiliser les professionnels de santé confrontés aux fins de vie à la culture palliative

En septembre 2007, son rapport de mission "La France palliative" a été remis à Madame Roselyne Bachelot. Ce rapport fait l'état des lieux de l'avancée de la culture palliative en France.

Depuis septembre 2008, Marie de Hennezel anime régulièrement des séminaires sur "l'art de bien vieillir" pour la Caisse de retraite des professions du spectacle, de l'audio-visuel et de la presse, AUDIENS. 

En février 2010, elle est entrée au Comité de pilotage de l Observatoire National de la fin de vie , dont elle a démissionné en 2012, à la suite d'un désaccord avec le Président de l'Observatoire, au sujet de la mission de l'Observatoire et du rapport d'activité publié..

Depuis janvier 2012, les résidences DOMITYS font appel à elle pour l'animation d'une série d'ateliers sur le sens de l'âge au sein des résidences pour personnes âgées. 

Depuis 2016, Marie de Hennezel est administratrice de la Fondation Korian du bien vieillir et participe à la réflexion sur les bonnes pratiques en fin de vie dans les EHPAD (recueil des souhaits des résidents,  annonce des décès) et sur la nécessité de sortir du déni de la mort qui génère angoisse et solitude.

En février 2017, à la demande de l’ONG Elise Care, Marie de Hennezel est partie dans le Kurdistan irakien former les psychologues irakiennes embauchées par le gouvernement pour venir en aide aux femmes Yésidis libérées des camps de Daesh et accueillies dans les camps de réfugiés du Kurdistan irakien.

Marie de Hennezel est Présidente de l'Association UNE ILE...DES AUTEURS, qui organise tous les deux ans une manifestation à l'île d'Yeu pour promouvoir les auteurs de l'île d'Yeu ainsi qu’un concours de nouvelles. Les deux derniers concours (2015 et 2017) ont permis au jury présidé par Bertrand de Saint Vincent, éditorialiste au Figaro, de sélectionner les meilleures nouvelles. Celles ci ont été publiées dans deux ouvrages : Nouvelles de l’île d’Yeu et Nouvelles de l’île d’Yeu 2017 disponibles à la Maison de la Presse de l’Ile d’ Yeu.

Marie de Hennezel fait partie de la chorale Les compères, dirigée par France Duhamel.

Commentaires des internautes

Nombre de commentaires par page

Vous pouvez insérer votre commentaire ici




Captcha

Please enter the characters displayed in the image

Actualités

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.

CONNECTEZ-VOUS

se souvenir de moi

Vous avez oublié votre mot de passe ?
Vous pouvez faire une demande pour le recevoir par email, cliquez-ici!