Eli Anderson

Les collégiens aux manettes du Slog V

09/06/2013

Et on repart du côté des garçons, bourrés d'imagination et d'astuce, pour une nouvelle fondée sur l'illustration qui suit : 

 

et voilà le résultat : 

TOMAS : UN Héros MALGRE LUI

Tomas, le cœur battant, se faufilait en courant entre les arbres de la forêt. Il trébuchait et se retournait sans arrêt. Le terrible danger le poursuivait depuis déjà une vingtaine de minutes ; la peur l'envahissait, il était terrifié par cette ombre effrayante.

Soudain, Tomas vacilla de plus belle. Sentant ses jambes l'abandonner, il se retourna, dans un mouvement instinctif, et refusant de LE voir, il ferma les yeux...

 

...Son cauchemar avait débuté dans cette même forêt, la forêt de ses ancêtres, quelques heures plus tôt. Tomas vivait depuis de longues années au sein du petit village de ses ancêtres, niché bien à l'abri, à l'ombre des chênes centenaires. Julia et Tomas se connaissaient depuis l'enfance. Arrivés à l'âge adulte, c'est tout naturellement que le jeune homme avait demandé la main de la jeune femme. Ensemble, ils avaient eu deux beaux enfants.

Les années étaient passées sans nuage... enfin, sans nuage jusqu'à ce jour fatidique, ce jour où la terreur et de désespoir s'étaient inscrits au fer rouge dans chaque particules de son être. Ce jour-là, Tomas rentra chez lui plus tôt car il avait oublié le panier repas que lui avait confectionné son épouse. Alors qu'il franchissait le seuil de la porte en chantant, Tomas, abasourdi, découvrit que ses enfants étaient seuls, sans surveillance. Son sang ne fit qu'un tour, l'inquiétude s'empara de lui : ce n'était pas le genre de Julia de laisser les enfants seuls à la maison. Il hurla le nom de son épouse partout, l'appela sans relache jusqu'à en perdre la voix, chercha partout Julia, en vain.

Une question lancinante le hantait : où était Julia ?

Désespéré, Tomas traversa le village à toute vitesse et courut voir le Chef.

Épuisé, à bout de souffle, il arriva dans la loge du chef du village : Legumen Le Grand .

« Mon seigneur Legumen, bredouilla-t-il.

- Doucement , doucement , respire Tomas, respire !! Maintenant, dis-moi ce qui ce passe ?

- C'est Julia , ma chère épouse, elle a disparu, lui annonça Tomas.

- Nous allons la retrouver ne t'inquiète pas, tenta de la rassurer Legumen le grand.

- Comment pouvez-vous dire cela ! Mon épouse adorée a disparu sans raison et vous me demandez de ne pas m'inquiéter. Dusse-je y perdre la vie, je remuerai ciel et terre pour la retrouver ! »

Sur ces mots, Tomas tourna les talons et quitta la loge de Légumen, bien décidé à ne plus perdre un seul instant. Il allait retrouver son épouse, il ne pouvait en être autrement.

Tomas rentra chez lui, ne sachant quoi faire. Après avoir mûrement réfléchi, il décida d'enfreindre la première loi la plus importante du village. Le cœur gonflé de courage, il allait faire ce qu'aucun autre avant lui n'avait osé faire : franchir la Frontière.

Après avoir confié ses enfants à son voisin, il se dirigea d'un pas décidé vers le nord du village, n'emmenant avec lui qu'un maigre baluchon et beaucoup de courage et de détermination. Arrivé à la frontière, il franchit la ligne maudite sans se retourner, certain que Julia se trouvait, à la suite d'événements inconnus pour le moment, dans ce lieu de malheur.

Ces ennuis commencèrent au moment où son pied se posa sur le sol riche noirâtre. Le gardien sentit sa présence et le prit en chasse. Le terrible Cerbère était immense, un seul de ses pieds était plus haut les plus hautes maisons du village de Tomas. La poursuite dura plusieurs heures. Au comble du désespoir, et alors que sa tête allait toucher le sol, Tomas remarqua qu'une forte odeur de paille émanait de son poursuivant. En un clin d'œil, le désespoir qui l'habitait s'effaça : une idée venait de germer dans son esprit. N'écoutant que son courage, il sortit le briquet qu'il avait machinalement emporté, le saisit, et, tel un vaillant chevalier, sauta sur le pied de son gardien. D'un geste déterminé, il fit naître une petite flamme bleutée qui se propagea avec une rapidité déconcertante sur tout le pied du Gardien, sur son corps entier.

Tomas se laissa tomber au sol et regarda longuement l'épouvantail géant se consumer sous ses yeux : il avait vaincu le gardien.

Soudain, une vois familière interrompit sa rêverie. Tout à sa course poursuite avec le gardien, il ne s'était pas rendu compte qu'il avait décrit un demi-cercle autour du village. Il pouvait même apercevoir sa maison à travers les broussailles. La voix qui résonnait était celle de Julia, son épouse. Il se releva d'un bond, courut jusqu'à sa maison. Son épouse l'attendait sur le perron, arborant une toute nouvelle coupe de cheveux : le coiffeur avait admirablement travaillé les fanes qui ornaient le sommet de sa tête. De magnifiques boucles vertes ornait maintenant son visage au teint orangé. Tomas se précipita vers elle, rouge de confusion... il avait complètement oublié de consulter le calendrier, précieux document sur lequel son épouse notait tous ses rendez-vous !

Et c'est ainsi, que, par un beau jour d'été, Tomas Coeur-de-boeuf vint à bout de l'affreux gardien à cause d'un rendez-vous chez le coiffeur.

Othmane Ouriri

Mathieu Doré

Commentaires des internautes

Nombre de commentaires par page

Pour ajouter votre commentaire ici, connectez-vous à votre compte ou créez-en un en complétant le formulaire ci-dessous



Réagissez




Captcha

Please enter the characters displayed in the image

Actualités

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.