Eli Anderson

Les collégiens aux manettes du Slog I

04/06/2013

Comme annoncé, la semaine sur le Slog sera dédiée aux collégiens de 3èmeB de l'internat de Sourdun, où j'ai passé une journée formidable en mai (cf. mon billet du 3 juin 2013).

Lors d'un atelier d'écriture très sympathique, ils ont écrit des nouvelles fantastiques à partir d'une simple illustration. Ils ont été épaulés dans ce travail par Amandine, leur prof de lettres, et Sophie, la responsable du CDI - équipe de choc, croyez-moi.

J'étais tellement heureux de cette journée parmi eux que je leur ai proposé de leur ouvrir les portes du Slog, en publiant une nouvelle par jour. 

Je sais qu'il y a des centaines de fans d'écriture parmi vous, mes chers EEH (ils se reconnaissent), et vous allez adorer lire les oeuvres de vos camarades de Sourdun. On vous attend pour votre ressenti, vos encouragements, bref, votre présence sur ces billets, les OPG&B (pour les non initiés de Sourdun : OPG&B = Oscar Pill Girls & Boyz). Accueillez-les comme vous savez le faire, parce qu'ils le valent bien ;-) 

Et pour ouvrir le bal de la publication, voici la première nouvelle, "L'Envers du succès" écrite par  :

Laurence, Princesse et Océane

à partir de l'illustration suivante : 

 

En piste, les filles !

L'envers du succès

"Charles est un spectaculaire marionnettiste connu mondialement mais la source de son succès est très complexe ...

Charles était un passionné de marionnettes. Depuis son plus jeune âge, il en possédait plusieurs. Après plusieurs échecs au baccalauréat, Charles décida de pénétrer dans le monde des marionnettes. Il prit des cours tellement couteux qu'au fil du temps sa mère ne pût plus les lui payer. De plus, sa mère était malade et n'avait plus d'argent pour se soigner. Charles était très triste et se sentait coupable de la mort de sa mère. Cependant, on lui offrit l'opportunité de faire de sa passion un métier.

Un soir d'automne, il se produisit au théâtre du Châtelet. Son spectacle n'eut aucun succès. Il fut tellement déçu qu'il jeta toutes ses marionnettes et étant donné qu'il n'avait plus d'argent, il perdit son domicile. Depuis il errait dans les rues.

Deux années s'écoulèrent et Charles prononça une parole qui fera basculer sa vie à jamais : « Je donnerai tout pour faire de ma passion un métier. »

A ce même instant, un homme apparut devant lui et lui proposa de le suivre : Charles accepta et ne posa aucune question. Sur le chemin, l'homme se présenta, il s'appelait Judas. Charles acquiesça de la tête mais ne prononça aucun mot. Quelques instants plus tard, après avoir longuement marché, ils arrivèrent dans une maison très particulière. Judas dit à Charles de saisir la marionnette qu'il lui tendait. Charles s'exécuta et ses doigts se mirent à bouger tous seuls et il sentit que quelque chose en lui s'éveillait. La marionnette s'anima et s'illumina par la suite. Celle-ci l'éblouit et le projeta au fond de la pièce. La porte de cette pièce se referma et Charles hurla. Après un court instant, il ressortit et Judas était face à lui. Il lui dit de se rendre au théâtre du Châtelet le lendemain à la nuit tombée.

Le lendemain Charles s'exécuta, il était au rendez-vous à 19h. Arrivé sur place il vit quelque chose qui l'intrigua mais qui le remplit de joie. A l'entrée du théâtre , il y avait un monde fou avec une affiche portant son nom. Il comprit que son heure de gloire était arrivée. Il se dirigea alors en coulisse pour chercher un vêtement adéquat. Dans la chambre, se trouvait un miroir et en entrant dans cette chambre, Charles se vit dans ce miroir : il était déjà tout habillé. Sur une commode, il aperçut un boîte et l'ouvrit. Il vit une marionnette, la même que celle qu'il avait manipulé dans son enfance pour la toute première fois. Alors il la saisit et se prépara à monter sur scène. Lorsqu'il y monta, tout le public l'applaudit et il commença donc son spectacle. Son spectacle fut un succès impressionnant. Judas le félicita et le paya. Charles put se reconstruire une vie avec une majestueuse demeure et une belle voiture.

Chaque jour la même scène se répétait : il faisait chaque jour des spectacles et à chaque fin de spectacle il reçevait une nouvelle marionnette. Sans s'inquiéter, Charles les accepta toutes. Mais un jour Judas s'approcha de Charles et lui dit :

« Merci à toi !

- Merci pourquoi ? Pourquoi me remercies-tu ? Bien sur mais que veux-tu dire par là ?

-Eh bien je veux dire que à chacun de tes spectacles tu m'offres une âme ! Les marionnettes que tu possèdes sont en fait des représentations des âmes que j'ai acquises !

- Comment ça ? Je ne comprends plus rien ! Et la première marionnette ? Est-ce une âme ? Et si oui, est-ce la mienne ? Et puis...

- Non ! C'est la marionnette de ton enfance et ces marionnettes sont la source de ton succès.

- Mon Dieu ! Mais...

- Et maintenant je récupère ce qui m'appartient ! »

Judas hypnotisa Charles. Celui-ci hurla de toutes ses forces et bientôt Charles ne fut qu'une vulgaire marionnette à corne rouge."

Comments

Number of comments per page

Pour ajouter votre commentaire ici, connectez-vous à votre compte ou créez-en un en complétant le formulaire ci-dessous



Réagissez




Captcha

Please enter the characters displayed in the image

Actualités

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.