Antoine Audouard

Blog de Antoine Audouard


VÉRITÉ ET DÉMOCRATIE : LE CAS TRUMP

Si l'on suit Tzvetan Todorov, inspiré par l'exemple de Germaine Tillion, la vérité des faits n'est pas le fruit changeant, incertain, de la subjectivité personnelle ; le respect pour eux, au-delà des  émotions, des opinions et des jugements, est même considéré par ces auteurs comme une des conditions de l'exercice démocratique ;  leur distorsion systématique, à l'image des constantes retouches photographiques opérées par le régime stalinien, est l'une des caractéristiques des régimes totalitaires.

 Quand  les faits  et les chiffres  ne lui conviennent pas,  M.  Trump les qualifie de « fake news » ; le mépris qu'il affiche à ce sujet est un signe particulièrement inquiétant pour les Etats-Unis et pour le monde. Cette vedette de télé-réalité, faux self-made man et fils à papa, ressemble de plus en plus à un Arturo Ui, le héros  inspiré à  Bertolt Brecht par Adolf Hitler, à l'âge des réseaux sociaux. Il a développé une énergie inouïe à tenter de démentir deux adages  célèbres d'Abraham Lincoln, auquel il aime à se comparer favorablement : « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge. » et « On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »

Dans ces conditions, quoique, à entendre les médias français, sa défaite aux prochaines élections soit inéluctable, on peut s'inquiéter de voir s'enclencher les mécanismes ayant abouti à son élection il y a quatre ans, aggravés par le fait qu'en sus du soutien de Fox News et de la complicité de facto des médias « libéraux » obsédés par lui, l'occupant de la Maison Banche s'est assuré  l'appui du Sénat, de nombre de gouverneurs, et de la majorité de la Cour Suprême. On peut néanmoins espérer que le plus grand président républicain de l'histoire U.S. - et l'un des plus grands tout court - aura raison malgré tout et que le peuple américain, abusé une fois il y a quatre ans (« un certain temps »), ouvrira les yeux sur la gestion catastrophique (chez nous c'est pas top, mais en comparaison c'est le rêve) de la pandémie Covid et des choix économiques et fiscaux dont les pauvres et la middle class sont les victimes. M. Biden n'est pas un candidat qui fait rêver - c'est ce que certains démocrates, à gauche, lui reprochent- mais c'est un mensonge sans vergogne de le présenter comme une marionnette à la botte des socialistes qui va mettre l'Amérique à feu et à sang - cela, M. Trump y contribue déjà largement lui-même en aggravant des tensions raciales explosives; certes leurs causes profondes remontent aux origines  même du pays  et traversent ses  plus de deux siècles d'histoire ; mais en jetant de l'huile sur le feu par ses déclarations à l'emporte-pièce[1], en mentant sur l'existence de complots gauchistes  afin de créer l'illusion d'une équivalence avec les forces  (très réelles, elles) des  tenants de la suprématie blanche, il est difficile à M. Trump, ignorant la géographie de son propre pays [2], de se présenter comme le candidat de l'équilibre, de l'ordre  et de la paix civile.

L'ensemble des peuples du monde, dont les vies sont influencées si profondément pour les décisions américaines, devrait en toute logique avoir un ou deux « grands électeurs » à  l'occasion de la présidentielle U.S ; il est finalement bon que cet amendement n'ait pas été voté, ni même  jamais envisagé : nul doute, si un Obama et un congrès à majorité démocrate l'avaient par extraordinaire  instauré, que Trump et son « gang du chou-fleur » prétendraient que l'élection s'en trouve faussée. S'agissant d'un homme dont l'élection a été favorisée par des manipulations russes et qui prétend sans la moindre preuve que le vote par correspondance est une source de fraude massive, on peut s'attendre à tout.  

Pour nous sortir de cette gadoue, on ne peut mieux faire que de citer Germaine Tillion elle-même : «  Je pense de toutes mes forces que la justice et la vérité comptent plus que n'importe quel intérêt politique. » Wish that it were, Germaine ! Que le peuple américain vous entende !

 

P.S.

Dans une interview au New York Times,  M. Trump avançait  sans honte un excellent argument en faveur de sa réélection : il fait vendre. Exact. D'après un ami journaliste new yorkais (vive l'apéro zoom !), le Times, le Washington Post et le Wall Street Journal enregistrent des records d'abonnements ; d'autre part plusieurs livres anti-Trump se trouvent sur la liste des best-sellers. L'actuel président U.S. est bien l'un de ces candidats de télé-réalité qu'on adore détester : avec lui les tirages et les audiences télé montent. Assez pour qu'il soit réélu ?  Souvenons-nous qu'en 2015, pendant la primaire républicaine il avait soulevé un tollé en rabaissant John McCain, homme politique critiquable mais salué pour son courage pendant sa longue détention aux main des Nord-Vietnamiens, affirmant que les vrais héros ne se faisaient pas prendre ;  Trump  avait  alors subi les foudres du New York Post, quotidien populaire démagogue appartenant à M. Murdoch, et beaucoup le donnaient pour fini. Quelques mois plus tard il devenait pourtant le quarante-cinquième président des Etats-Unis.

PPS. J'ai croisé Malik sur le faubourg : nouvelle animation musicale annoncée, au Bistrot du Canal cette fois.

 

Références :

La Résistible ascension d'Arturo Ui, pièce de Bertolt Brecht écrite en 1941 et publiée en 1958 (disponible aux éditions de l'Arche)

Germaine Tillion, Combats de guerre et de paix (Seuil, 2007)

Tzvetan Todorov, Lire et vivre, préface d'André Comte Sponville (Robert Laffont/Versilio, 2018)

Sur Abraham Lincoln, sauf erreur de ma part, le livre de référence est celui de Doris Kearns Goodwin, une historienne dont le seul défaut à mes yeux est d'être une fanatique de l'équipe des Red Sox de Boston, les ennemis favoris de mes chers Yankees. Team of rivals, the political genius of Abraham Lincoln (Simon and Shuster, 2005), livre qui a servi de support au (bon) film de Spielberg, Lincoln (2012) avec le toujours excellent Daniel Day Lewis. Pas une raison pour oublier le classique Young Mr. Lincoln, de John Ford avec Henry Fonda (1939) ; Abraham Lincoln chasseur de vampires (le livre et l'adaptation filmée de 2012) sont plus des curiosités qu'autre chose.

Sur ce qu'est une élection présidentielle américaine, il existe  notamment un (énorme et magnifique) ouvrage, What it takes, de Richard Ben Cramer (1047 pages, Random House, 1992) consacré à la présidentielle de 1988 -  celle qui a vu l'élection du premier George Bush ( pas W, les filles, H - et le jeune Biden faisait déjà partie des prétendants démocrates)  plusieurs de mes proches ont lu passionnément le presque aussi volumineux Game Change , de John Heilemann (Harper Collins, 2010) sur la première élection de Barack Obama, mais je ne l'ai pas lu moi-même - ni vu le film (2012) qui en a été tiré.



[1] Dernière illustration :  faut quand même le faire, quand le jeune Blake a pris sept balles dans le dos, de comparer le geste des policiers à un coup raté au golf.

[2] Il se targuait d'avoir engagé la construction d' un « beau mur » dans le Colorado pour le séparer du Mexique alors que cet état, à la différence du Nouveau Mexique, n'a pas de frontière commune avec ce pays (« Pauvre Mexique, si loin de Dieu, si près des Etats-Unis », se serait lamenté Porfirio Diaz)


VENDREDI SOIR SUR LE FAUBOURG

Depuis vingt-cinq ans que nous y habitons, le prix du mètre carré a augmenté sur le faubourg St Martin, on croise quelques « peoples » aux terrasses et les pauvres sont repoussés toujours plus loin vers La Courneuve ( ligne 7) Bobigny (ligne 5) ou Saint-Denis et Creil (RER D) ; s'y attardent pourtant les derniers survivants du Paris populaire autrefois chanté par  Prévert, celui d'Eugène Dabit, de Bove, d'Henri Calet, écrivains faubouriens pour qui Notre Dame et son grand orgue étaient loin. Dans ce Paris-là, l'instrument-roi c'est encore l'accordéon, le « piano du pauvre », peu coté à Télérama sauf quand il s'appelle bandonéon et que c'est Astor Piazzolla qui en joue.

J'ai croisé Malik souvent au Bistrot du Canal où ; équipé d'une longue veste en cuir et d'une casquette du même métal il s'amuse à incarner un gestapiste en vadrouille - j'ai plaisir à lui donner la réplique en « pon vrançais » prêt à dénoncer les terroristes antiallemands. Le BdC étant fermé ( Kamel, Carole and co ont bien droit à quelques vacances), c'est au Château Landon que je l'ai croisé la semaine dernière : après notre petite saynète habituelle, Malik m'a invité timidement à une « animation » musicale (il n'a pas osé dire « concert ») du vendredi soir.  « Un peu d'accordéon », a-t-il seulement dit, sans m'annoncer qu'il jouait également de la flûte et du violon. Vendredi, peu après vingt heures, l'ayant écouté, d'instrument en instrument, se balader avec aisance et justesse du musette au jazz, j'avais les larmes aux yeux. Ce n'était pas de la « grande musique », peut-être, mis c'était la musique de l'émotion, celle qui réjouit les coeurs las et fait que deux inconnus de passage, pourtant fatigués, se lèvent et dansent au lieu de passer leur chemin et d'aller netflixer chez eux. Je ne connais pas Malik si bien que ça ; en quittant le bistrot je lui ai glissé que j'étais fier de lui, un peu étrange considérant que, s'il est plus jeune que moi, je n'ai tout de même pas l'âge d'être son père. « Tu sais », a-t-il eu le temps de me dire, toujours timide, «  je suis qu'un fils d'ouvrier et j'ai pas été au Conservatoire ». Je ne pense pas que Malik soit invité de sitôt pour un concert à la grande salle de la Philharmonie mais tant qu'un vendredi soir il pourra sortir sa flûte, son violon et son accordéon dans un bistrot du faubourg, quelque chose de Paris continuera à résonner dans nos coeurs et à enchanter nos vies.

Références
Le Château Landon , 187 rue du faubourg St Martin

Le Bistrot du Canal, 224 rue du faubourg St Martin


CHÈRE MME LA PRÉSIDENTE DE LA RATEUPEUH

Madame la Présidente,

Je vous fais cette bafouille que vous lirez sans doute pas, vu que :
1 - Je la poste sur mon slog, auquel vous n'êtes peut-être pas abonnée.
2 -  Vous avez des milliards de trucs à faire.
3 - Je voulais poster une lettre à Mme Couillard au moins une fois dans ma vie et c'est pas votre nom, donc ça risque de pas arriver par la poste qui, d'ailleurs, marche plus comme dans le temps.

Alors voilà, Madame la Présidente, après ce bref préambule qui vous aura (au moins) arraché un sourire crispé, j'te raconte l'affaire, sans plus digresser :
Hier j'ai pris le métro. Vous me direz, si chaque personne qui emprunte le métro à Paris m'écrit pour me raconter son trajet, alors que j'ai le Covid à gérer, les incivilités, la fraude, les travaux urgents, les syndicats, l'arrivée des J.O., on va pas s'en sortir.

Pour vous situer le bonhomme, je suis un PMR[1] (invalidité de niveau 2 - pas un UFR[2] car j'ai lâché le fauteuil roulant il y a quelque temps, à la différence de mon Fred qui, lui, y aura droit jusqu'à la fin de ses jours. Donc je marche - pas bien, pas vite, mais je marche et j'accomplis mon fantasme hospitalier (n'aie pas peur, c'est pas sexuel) de 2012 : je prends le métro. Pas que j'aime pas le bus (j'adore !) mais faut pas être pressé - ou le tram (épatant mais y en a pas près de chez moi) -  et puis les taxis c'est cher -  et putain que ça roule mal dans notre belle ville ! Hier, devant me rendre à un rendez-vous près de la BNF, j'ai pris le métro par la ligne 7 à la station Louis Blanc. Deux volées d'escaliers mais avec la rambarde ça va, en y allant doucement, pas de clodo assis sur les marches ni de jeunes textotant pile au milieu. 7 bien chargée, quoiqu'on soit en milieu de journée, mais je trouve un strapontin peinard - j'aime pas geindre pour réveiller les sourds-aveugles (surtout les mecs, vous avez remarqué !) assis plongés dans leur dossier ou leur vidéo, et j'ai renoncé à l'idée de me balader avec une copie plastifiée de ma carte d'invalidité autour du cou. Changement à Pyramides. Je vais au bout du quai et je vois un escalier. Miracle : à côté de l'escalier une porte vitrée donnant sur une cage qui n'a pas l'air d'être une cellule de dégrisement pour clodo bourré, ni un studio d'enregistrement pour un musicien de génie ou un trou noir de la CIA pour des tortures, un ascenseur  plutôt - je suis déjà passé là il y a six mois et il n'y avait pas d'ascenseur derrière la porte. Il n'y en a toujours pas. J'ai pas l'intention de me retrouver comme Bruce Willis dans Die-Hard, donc j'ai pas essayé d'ouvrir la porte pour voir ce qui se passait.

Je monte donc l'escalier (montée symétrique ; attends j't'esplique: une marche un pas ; en descente c'est asymétrique, j't'esplique encore : une marche, un pied, un deuxième pied ; est-ce que ça va vite ? non). Après des escaliers en montée, encore des escaliers en descente ce coup-là  (z'auraient pas pu faire un plat ?) pour arriver sur le quai de la 14, direction Olympiades. It is  définitivement my lucky day : 1 mn d'attente, arrivée du train, fanfare, une dame se pousse pour me faire de ma place sur une banquette, comme j'aime, à droite, là où c'est plus facile de se lever sans te cogner à tout le monde au moment de sortir.
Arrivée BNF. Mon plan Gougle (quoique senior j'essaie d'être moderne, tu vois, je parle à Gougle[3])  me  dit d'emprunter la sortie rue René Goscinny (marrant, c'était le meilleur pote de notre pédiatre Julien Cohen Solal - et je suis content que mes enfants aussi aiment Le Petit Nicolas - mais je digresse, au fait !). Escaliers, escaliers. En vrai il y a bien des escalators et des ascenseurs mais c'est sur l'autre sortie (avenue de France) ; au retour c'était plus simple car, coaché par ma vieille wonderful camarade Lydia LaKing j'étais au jus - en plus elle m'a accompagné jusqu'au quai pour être sûre que je me perdais pas. En changeant à Pyramides, juste quand j'avais dans le viseur la cage d'ascenseur où y a pas d'ascenseur, une dame m'a arrêté dans mon élan. Elle était très aimable, je te rassure, d'autant que j'ai pas mis trois plombes à retrouver ma carte Navigo Easy ( je sais pas  si c'est toi, Delphine[4], mais très bonne initiative ça, j'adore !) prouvant que je faisais pas partie du gang des invalides fraudeurs. Re-strapontin, vu que la 7 commençait à se remplir. Je suis[5] descendu à Château Landon (je te dis tout, on habite à équidistance entre Louis Blanc et Château Landon, et il y a un des points de vue familiaux très tranchés sur quelle station on préfère. Là, j'ai choisi Château Landon, pas parce que c'est l'ancienne adresse de M. Mélenchon qui, comme moi, avait ses habitudes chez ce vieux réac rital de Giacomo, mais parce qu'après un escalier et un couloir, il y a deux escalators (ouais, quand ils sont pas en panne ou en réfection parce que là c'est galère et on se souvient en montant que la station Louis Blanc est moins en profondeur). Bref, ça marchait et je te rassure car là, je te sens inquiète : je m'en suis sorti. Il m'a fallu le reste de l'après-midi (avec binge watching de Platane) pour m'en remettre et aujourd'hui encore je suis cané, mais ça va.

Si tu m'a pas lâché depuis le deuxième ligne j't'esplique encore : tu te souviens qu'en 2005 il y a eu une loi votée à l'unanimité sur l'accessibilité aux handicapés. On va pas faire des manifs devant la station Invalides (where else ?) avec mon Fred et mes autres potes UFR, PMR ou autres mais j't'esplique encore, Madame la présidente : à part la 14, tu en es à 3% de stations de métro  parisien en accessibilité, et il te reste du taf  - la loi te donnait dix ans et ça fait quinze?

Bisous bisous
Ton tonio qui t'aime

Ps. 1000 escuses pour la fôte à ton nom mais j'ai vraiment cru que tu t'appelais Couillard, mais dans ce cas-là ton prénom aurait été Delphine, pas Catherine. De toute façon jamais ils auraient nommé une Couillard à la tête de la Rateupeuh - surtout après une «  Borne », tu as raison Gouillard, c'est ce que c'est mais tu vis avec depuis la maternelle et ils t'ont même prise à l'ENA  avec un blase comme ça, alors comme ils disent à la MTA, tes cousins new yorkais : hang  tough, baby ! A part ça, ma Cathounette jolie, je suis hyper-sérieux !

 



[1] Personne à mobilité réduite

[2] Utilisateur de fauteuil roulant

[3] J'ai vu, tu as une belle appli Rateupeuh mais je crois pas qu'on lui parle et qu'elle réponde?.

[4] Pas Delphine, patate, Catherine !

[5] Promo gratuite : chez Giacomo, 8 rue du Château  Landon, ouvert tous les jours sauf quand c'est fermé. Prix à débattre avec Giacomo avant de manger. Ne pas essayer les  lasagnes, même sous la menace.


GRACE A DIEU ?

Sans rien de politique ou de personnel, je ressentais une certaine méfiance à l'endroit de M. Christophe Girard, (« l'homme-culture » de la maire de Paris pendant vingt années de gestion Delanoë- Hidalgo), depuis qu'il s'était avéré qu'il était intervenu pour obtenir à l'infâme Matzneff le soutien financier de la Ville de Paris. « Un de plus ! », avais-je soupiré, «  qui dans la cohorte des hypocrites a passé ses turpitudes au pseudo sulfureux grantécrivain » [1] et « découvre aujourd'hui ses crimes » alors que ceux-ci étaient en détail relatés (et fièrement !) par l'intéressé dans une série d'ouvrages publiés - non sous le manteau dans un samizdat pédocriminel, mais chez Gallimard qui a si courageusement  lâché  ce sale type quand ses ventes - jamais très élevées -  tournaient à quelques dizaines d'exemplaires et que le magistère moral de M. Sollers ou l'adoubement des jurés du prix Renaudot  (2013, c'est si loin?) avaient cessé d'être suffisants pour le protéger. 

Là-dessus, quelques activistes s'arment de banderoles, forcent le quidam à la démission, et je m'interroge? pas plus qu'un autre je n'ai envie de hurler avec les loups mais la défense de l'intéressé, comme celle de Madame la Maire me semblent d'abord curieusement embarrassées - et curieusement virulente l'hostilité aux « néo-féministes » qui mènent la charge. Serait-ce qu'en accusant la mairie d'être au fil des ans devenue plus qu'un sanctuaire, un repaire pour la pédocriminalité chicos, elles ne délirent pas complètement, ces enragées modernes, filles ou petites filles des éternelles « salopes » ou « mal baisées » des combats féministes du siècle dernier ?

Or voici qu'aujourd'hui, de la presse étrangère (le New York Times, les filles, pas le crapoteux Sun de Murdoch), comme souvent, sortent des accusations suffisamment précises et crédibles pour que la presse française les reprenne et qu'une information judiciaire soit ouverte. Si l'on en croit M. Annis Hmaïd, un jeune Tunisien (pauvre Tunisie, où nos élites éclairées et libérées ont été se fournir impunément en chair fraîche de garçons pendant des années), M. l'ex-adjoint (mais toujours élu, quoique « en retrait ») n'aurait pas seulement été abusé intellectuellement par « Gaby le dégueulasse », il aurait été lui-même un prédateur sexuel. Son avocate écarte les déclarations d'un « individu » (un « individu », dans les faits divers, c'est en général le type qui a écrasé un gamin et pris la fuite à bord d'un véhicule) et M. Girard nie toute infraction.  Selon les déclarations, il nie l'existence d'une relation sexuelle ou déclare que celle-ci a été « consentie » (que vaut le consentement d'un « individu » tunisien de quinze ans ?). Dans les démentis féroces de l'intéressé et de sa défenseure, un argument m'a sauté aux yeux :  les faits (allégations de « l'individu ») seraient de toute façon « prescrits ».  M. Girard ne va pas, comme le cardinal Barbarin dans l'affaire du prêtre pédocriminel Preynat[2] à ajouter « grâce à Dieu » - mais on entend son chuchotement bruyant de soulagement.

Il nous reste à souhaiter que l'enquête en cours débouche sur une justice : soit les accusations sont infondées et M. Girard, innocenté, devra se contenter, comme tant d'autres, de vivre avec le déshonneur moral d'avoir « couvert » un mauvais écrivain doublé d'un criminel récidiviste et de lui avoir servi la soupe avec nos sous ; soit les accusations portées sont solides et il doit être jugé, puis, si reconnu coupable, condamné selon les termes de la loi.

Comme dans les affaires Ramadan et Darmanin, le peu de sympathie que l'on peut ressentir pour le bonhomme ne devrait pas entacher le principe de la présomption d'innocence - mais il faut bien avouer qu'avec son silencieux « grâce à Dieu » de la prescription M. Girard ne nous incline pas à la compréhension.  Par ailleurs il faudra bien un jour regarder de plus près ce qui s'est passé dans les arrière-cuisines des combats fin de XXe siècle pour la « libération sexuelle » et le mouvement LBGT.  On ne peut que se réjouir (moi, en tout cas !) de la liberté dont, après des décennies de silence, de honte et de souffrance, jouissent les homosexuels pour vivre leur sexualité sans terreur. Il faut bien reconnaître qu'au nom de cette lutte bien des confusions se sont installées et ont été entretenues par des cyniques à la Matzneff qui, toutes tendances politiques confondues, ont trop souvent pu faire appel à la complaisance d'une partie du « petit milieu parisien ».  De la même façon que les musulmans « pacifiques » (la majorité) et respectueux des lois républicaines doivent reconnaître qu'il existe au coeur de leur religion des sources ou des ambiguïtés visant à justifier l'intolérance, la violence sur les « mécréants » ou l'oppression des femmes, les homosexuels doivent reconnaître qu'au sein d'une petite minorité haut placée à droite comme à gauche, la pédocriminalité a été pratiquée, tolérée, encouragée, voire « glamourisée »

P.S. L'avocate de M. Girard, qui juge anormal et suspect que « l'individu » Hmaïd ait parlé aux médias avant de porter plainte, a dû trouver formidable la même démarche de la part de « La parole libérée », association rassemblant les victimes du père Preynat dont le film de François Ozon (voir ci-après) retrace le parcours. Il faut dire que dans certains milieux « autorisés » on s'autorise à penser que taper sur l'Eglise catholique est légitime alors que s'attaquer à des prédateurs ayant pignon (médiatico-littéraire, financier, politique) sur rue, c'est vilain et rétrograde.

Références :

  1. Ce n'est pas en jouant les « pères-la-vertu » cherchant la sympathie du mouvement « #Metoo » qu'on peut se dispenser de voir les derniers films de Polanski mais parce que, un peu à l'image de Woody Allen, ce cinéaste qui fut audacieux et créatif vieillit mal et devient conventionnel et chiant.  C'est tout le contraire de Costa Gavras - et pas seulement parce qu'il s'est rarement trompé de combat : voici un homme chez qui l'indignation - source de tant de ses films- n'a jamais entravé le talent.  On regarde (ou revoit) son récent Amen avec la même émotion que ses classiques Z ou l'Aveu. Je suis surpris de découvrir la même vertu chez François Ozon, que je prenais pour un cinéaste propret vaguement à la mode et dont je viens seulement de voir l'excellent et poignant Grâce à Dieu. Pas si fréquent de découvrir une oeuvre d'intervention qui n'est pas phagocytée par sa « juste cause » indignée. Indigné, Ozon l'est certainement mais il n'en oublie jamais de raconter une histoire - ou plutôt des histoires car il a l'audace et le talent de tisser les fils de destins différents réunis dans le combat contre la chaîne de complicités actives ou silencieuses, qui a permis à l'institution catholique de se protéger contre la vérité des crimes pédophiles commis en son sein pendant des décennies. Son impossible façon de faire me rappelle le génial « Fine Balance » (« L'équilibre du mode en français) dont j'ai déjà dû parler ici et témoigne d'une liberté créative rare et précieuse.
  2. A propos du « consentement » des mineurs, il n'est jamais trop tard pour acheter (et lire) le superbe livre de Vanessa Springora, que j'ai souvent mentionné ici. Le consentement (Grasset, 216 pages, 18 euros)

 



[1] C'est curieux, plus personne ne se présente pour vanter son style?

[2] Cinq ans de prison ferme

 

 


LE MONDE EST BEAU !

Virus mortels, ouragans, incendies, explosions meurtrières, coulées de boue, inondations - si l'on s'en tient aux apparences, il ne nous manque plus que les tornades de sauterelles, la réélection de Trump et le triomphe de Marine - sans parler d'une victoire du Paris St Germain en Ligue des Champions de football[1]- pour que les malheurs de notre pauvre monde aient pris la proportion de catastrophe biblique annoncée par certains (Enid, je te vois !) en punition de nos trop nombreux péchés.

En attendant, nous prenons des vacances, plus ou moins masqués, nous réjouissant de l'absence de pluie - baignant dans ce bleu éternel dont après les grisâtres pluies hollandiennes, nous jouissons sous la gouvernance éclairée et joyeuse du jeune Macron.

Non, ce n'est pas par inconsciente imbécillité, ni par manque de foi, que nous restons optimistes en dépit des visions tragiques des prophètes de la fin du monde : pleins d'espoir, les plus « seniors » d'entre nous peuvent partager avec les plus jeunes membres de notre « start-up nation » les paroles de la chanson de Jean Yanne, philosophe sous-estimé des temps anciens : « Dans la douceur de la nuit, le ciel m'offre son abri et je pense à Jésus-Christ, celui qu'a dit : Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! »
A quoi on ne saurait rien ajouter que (restons seventies) le célèbre « c'est ben vrai, ça ! » de la mère Denis, pythie des temps modernes dont la sagesse s'étend bien au-delà des recommandations de machines à laver le linge.

P.S. Né onze ans jour pour jour après la largage de la première bombe atomique sur Hiroshima, et constatant la prolifération incontrôlée des « Jérémie », « Isaïe » et autres prophètes de malheur, je ne saurais relayer que de bonnes, d'excellentes nouvelles.

PPS. Références : de Jean Yanne, acteur spécialisé dans les rôles de salauds où il est toujours d'une inquiétante crédibilité, on ne saurait trop recommander les réalisations : «  Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » (1972) et  le prophétique « Les Chinois à Paris » (1974)



[1]  Note de l'association des supporters de l'O.M.  (antenne crétoise):  Le reste si tu veux mais non, pas ça !


TOUS GAULLISTES ?

En ce quatre-vingtième anniversaire de l’appel du 18 juin 1940, voici tous nos politiciens  - ou presque – devenus gaullistes – sauf l’extrême gauche j’espère. De Mme Le Pen, qui oublie  que son mouvement, même ripoliné, est issu des relents du régime de Vichy   et  de l’OAS, farouchement opposée au général, au président Macron, pensant que l’air de Londres grandira sa stature, ils sont tous fous du « grand Charles ». À l’auberge de Gaulle, chacun fait ses courses : provisions  de résistance,  d’indépendance nationale, d’anti-américanisme, d’anti-fédéralisme européen. Depuis que le « gaullisme » est allé recruter des adeptes bien au-delà des combattants de la France libre, voire d’une famille politique assez disparate où l’on rencontre tout du socialmou tristounet au guévariste non repenti, la tendance paraît irrésistible. Avoir été « tous Charlie », nous voici tous « Charlot ». Dans les deux cas, je  me sens plus  Chaplin qu’autre chose – voire carrément Marx (tendance  Harpo)  ou Stooges (tendance Curly)

Au risque de détonner légèrement dans ce rare et émouvant concert d’unité nationale il faut rappeler que le parcours de ce grand personnage de notre histoire  ancienne ( le XXe siècle, d’ici peu cela fera très longtemps[1]), pour admirable qu’il soit dans les années 1940, est  par la suite chargé d’ambiguïtés et de contradictions - autant de zones d’ombre portées sur « l’homme de Londres ».  Notre « libérateur », ancien collaborateur de Pétain, fut aussi celui qui  après le massacre de Sétif en Algérie, ordonna contre les nationalistes de « prendre toutes les mesures nécessaires pour réprimer tous agissements antifrançais d'une minorité d'agitateurs." –  signes du degré de conscience qu’il avait des aspirations à l’indépendance de peuples colonisés d’un empire écroulé. On ne tarderait à en payer le prix en Indochine, l’ancienne « perle » de la colonisation française :  ignorant les rapports informés et les sages conseils de ses propres amis, aveuglé par « une certaine de la France » De Gaulle ferma  délibérément les yeux sur la réalité de la situation, détruisant les prémices de ce qui aurait pu devenir un Commonwealth à la française : lavant les Hollandais en Indonésie  et les Anglais en Inde, le général Leclerc avait sagement signé les premiers accords de paix d’une puissance coloniale avec un de ses territoires: ceux-ci furent torpillés par un amiral d’Argenlieu (« le Carme naval » était son surnom)  envoyé par  De Gaulle  qui craignait le prestige de Leclerc – le seul général français invaincu de la Deuxième Guerre mondiale. Ce sont bien des militaires qui finirent par se soulever contre De Gaulle selon la loi qu’à force de dire (ou de penser) des choses horribles, elles finissent toujours par arriver - pas Leclerc,  qui  outre une loyauté personnelle vis-à-vis du général, était habité d’un respect pour la légitimité républicaine, doublé du sens militaire de l’obéissance aux ordres ; l’infortuné mena contre son propre gré les commencements d’une guerre qu’il savait meurtrière et ingagnable avant, ayant survécu à tous les combats, d’aller mourir pour la France dans un  mystérieux accident d’avion lors d’une tournée d’inspection.

Pour en finir avec De Gaulle, c’est bien notre « héros » qui alla en Algérie faire, deux années de suite, la « tournée des popotes » et promettre qu’il ne lâcherait jamais l’Algérie française avant d’infliger à ses partisans un logique mais brutal aggiornamento qui en laissa beaucoup aussi déboussolés que leurs pères l’avaient été par la résignation, puis l’abjecte plongée d’un vieillard égrotant qui consacrait son énergie finissante, non à « limiter les dégâts » de l’invasion et de l’occupation nazies, comme certains le prétendirent par la suite, mais à assouvir ses appétits sexuels : Pétain avait été et restait pour une génération le « héros de Verdun ». Ce qui entache l’image de De Gaulle ne se compare pas à ce que fut le naufrage politico-moral de Pétain, mais force est de constater que « l’homme du 18 juin » n’a pas toujours été au fil de sa longue carrière ce modèle de « vertu » romaine gallicisée que ses thuriféraires de tous bords nous peignent Gaulliste,  donc , moi? Non -, ni antigaulliste, d’ailleurs, comme l’était mon père avec la férocité particulière aux doux et tendres quand ils s’y mettent, décuplée par la férocité opposée de mon grand-père maternel, résistant de la première heure et gaulliste jusqu’au-boutiste dont la fidélité de grognard avait survécu à toutes les « révisions déchirantes » d’une vie rythmée par  les  terrifiantes et changeantes  formes françaises de la passion politique. S’il est toujours trop tôt, selon le mot célèbre de Zhou-En- Lai, pour mesurer pleinement les conséquences de la Révolution française, nous devrions être en   mesure de commencer à observer nos « grands hommes » sans avoir à les idolâtrer ou les dézinguer, dans leur complexité humaine et la lumière de la complexité non moins grande des situations historiques qui furent les leurs. Nous n’avons pas à épouser les partis pris violents de nos aïeux, à nous installer dans des cultes mémoriels de région ou de classe qui se reproduisent de génération en génération et entretiennent ce que mon (toujours plus) regretté Tzvetan Todorov appelait « les abus de la mémoire » et nous pouvons tenter de connaître notre propre histoire, non pour en cultiver de douloureuses nostalgies ou des haines recuites, et pas non plus pour nous en dégager et nous réfugier dans une impossible neutralité - retrait d’indifférence ou de mépris qui porte d’ailleurs ses propres dangers. Nos opinions, nos convictions, nos jugements pour aujourd’hui et demain, sans se trouver ligotés, peuvent être éclairés par ces regards sur le passé – une idée gaullienne d’ailleurs puisque celui-ci s’était efforcé de présenter à la Nation la « nouvelle constitution » (celle de 1958, sous laquelle nous vivons encore) dans la continuité de la monarchie et les constitutions de quatre républiques.

PS. c’est pas tout ça, les filles, je prends du retard dans les Mémoires d’ outre-tombe : quatre mois de lecture et je commence à peine le livre XVII. L’âge, que voulez-vous…

Références : Hitler connais pas, documentaire de Bertrand  Blier (1963) disponible sur Youtube et Googleplay film pour une somme modique.

Pour les biographies de De Gaulle ou les essais à lui consacrés, consultez votre libraire ou votre meilleur pote gaulliste, je ne suis pas qualifié. De Peyrefitte à Lacouture en passant par Max Gallo et Régis Debray, il y aura bientôt à son sujet autant de littérature que sur un autre de nos discutables et fascinants grands hommes : Napoléon Bonaparte.

On peut toujours se référer à la version de l’histoire donnée par l’intéressé dans ses Mémoires de Guerre et ses Mémoires d’Espoir.  (les deux en un volume chez Plon). Pas de prétention à l’objectivité mais c’est passionnant et superbement écrit – un point qui peut mettre d’accord les « pro », les « anti » et les « sans-op ».

Promotion familiale gratuite : Révolutionnaires sans Révolution (Robert Laffont, 1972) et Révisions déchirantes (le Pré aux Clercs, 1987), d’André Thirion – à ma connaissance le premier nommé, indispensable pour qui s’intéresse au mouvement surréaliste, est toujours disponible dans sa réédition de la collection Babel d’Actes Sud (1999), pour le second, plus politique, comme l’intéressant « sequel » de Révolutionnaires, Eloge de l’indocilité (Laffont, 1973), ça doit se trouver d’occasion. Depuis que j’ai dû recourir à la menace physique pour récupérer mon exemplaire dédicacé de  Révolutionnaires (« Il est dans l’ordre des choses qu’une ou deux générations d’êtres humains soient en position de croire qu’ils remplissent, enfin, le tonneau des Danaïdes. Je souhaite, Antoine, que tu sois de ceux-là et que cette dédicace te porte, néanmoins, à ne jamais négliger les Danaïdes pour le tonneau »), je ne prête plus  mes Thirion.



[1] Né une dizaine d’années après la fin de la Seconde Guerre mondiale, je m’en sentais très éloigné dans le temps mais à défaut de souvenirs personnels j’avais ceux de ma famille et n’étais pas de ces Hitler connais pas du documetaire réalisé par  le jeune Bertrand Blier, futur réalisateur des Valseuses et autres  Trop belle pour toi.


DANS LA VIE OU OUTRE-TOMBE ?

C’est à Rome, étranglé par le chagrin de la mort d'une amie (just a lady friend, petits cochons, no sex !) que Chateaubriand conçoit pour la première fois le projet de ce qui deviendra les Mémoires d’outre-tombe. Cela s’appelle « Mémoires d’une vie » ( il a trente-cinq ans). Voici ce que ça donnait :

« Après avoir erré sur la terre, passé les plus belles années de ma jeunesse loin de mon pays, et souffert à peu près tout ce qu'un homme peut souffrir, la faim même, je parvins à Paris en 1800 ».

Pas mal envoyé, faut dire. Écrivant à quarante ans de là, il note une partie de ce qui eût été perdu –  non pour nous[1], mais pour son plaisir d’écrire. Ni sa famille, ni son enfance et sa jeunesse, ni ses voyages ou son exil ne font alors partie du projet - pas plus les magnifiques reportages (sur la cour à Versailles, le Paris révolutionnaire) ou les portraits de célébrités ou d’anonymes qui font pour nous le prix de cette œuvre unique.

Toute question stylistique à part, il me semble qu’écrire d’outre-tombe plutôt qu’encore attelé à sa vie le libère. Le Chateaubriand public, apologue du christianisme, ne pourrait décrire la mort de Pauline de Beaumont sans en faire une scène édifiante. Ici, les intentions générales demeurent, mais à travers sa peine s’expriment des sentiments d’une violence que le style, toujours tenu, ne rabote en   rien : les larmes sont encore accrochées à chaque mot. « nous tous qui prétendons vivre, nous sommes déjà morts.» Ne faut-il pas avoir  beaucoup perdu d’êtres aimés pour écrire ces lignes ? Né triste et « ennuyé » de nature, Chateaubriand semble parfois n’avoir « traîné sa vie et ses songes que pour creuser le sillon d’un profond chagrin d’être. À bientôt deux siècles de distance, l’outre-tombe  donne à la relation d’une vie aventureuse en tous domaines la richesse, la complexité tonales d’infinies vibrations qui nous touchent  plus  profondément que ne l’eussent fait les « Mémoires d’une vie », même superbement écrites.

 

[1] Quoique… malgré les pages où il proclame so peu d’intérêt pour la postérité, il semble souvent engagé dans un dialogue imaginaire avec des humain du futur.


PREMIERES IMPRESSIONS DU MONDE D APRES

Au journaliste d’Europe1 (j’attendais Canteloup) qui lui demandait à quoi ressemblerait l’entreprise du « monde d’après» , le « patron des patrons » a répondu avec une douceur, dont il ne fait sans doute que plus rarement montre au cours de ses négociations avec la CGT, que le monde d’après, selon lui, ressemblerait au « monde d’avant » - on n’est pas disposé à prendre pour Socrate le représentant des intérêts du « grand capital » (années 1960 et 70 , accent Georges Marchais), du « mur d’argent » (années 1930) ou des « riches du CAC 40 » ( Mélenchon), mais force est de constater que M. Geoffroy « De Médeux », pointait ainsi de façon subtile le   ridicule de cette novlangue qui, comme après chaque désastre, nous invente un mot ou une expression pour faire croire au peuple que plus rien ne sera comme avant.

J’observe mon petit coin de monde d’après de derrière mes lunettes et je suis bien obligé de constater que M. Geoffroy (où vont-ils les chercher avec des prénoms pareils ? pas dans le Petit Nicolas !) n’a pas tort : ma rue ressemble à ma rue, les cons aux cons, même derrière un masque – sans compter ces « nouveaux rebelles » qui en ont un mais le portent sur le front ou sur le cou – les cyclistes et trotinneux roulent sur le trottoir, les smombies font vivre leur épopée aux potes et potesses sur Facetime, tandis que les « seniors » et les invalides (je suis un cumulard), ayant contourné  par la chaussée une palissade de travaux, essaient de les éviter. A part ça je suis toujours amoureux de mes quatre boulangères mais ne le dites pas à Nourdine qui est un patron exigeant et un chef de famille ombrageux ; Claire ne travaille plus chez le fleuriste « Au pélican », mais Fanny est fidèle au poste et au Bistrot du Canal, où, aidé de Nabil Kamel elle a courageusement tenu la barre, les pochtrons reviennent un par un – sauf Christopher dont on est sans nouvelles. Quant à Giacomo, il ne peut rouvrir son petit restaurant (pas les lasagnes !) pour deux tables de deux sur le trottoir, ni  profiter de l’extension d’occupation du domaine public en envahissant la rue du château Landon. A la poissonnerie « le paradis des mers » Eric a été remplacé par Sofiane et Jeremy est toujours aux côtés de Jihed – quant à Fakri, ses horaires d’ouvertures sont aussi aléatoires, mais on peut compter sur les trésors de son bazar/ droguerie. Au pire, quitte à l’agacer, il y a deux trois bazars tenus par des Pakistanais dans le coin.

Pour le reste, que j’attende Canteloup le matin sur Europe 1 ou le soir sur TF1, je note que dans la réclame, la tendance à vouloir m’aider - voire à sauver le monde – est toujours aussi marquée. C’est beau, le monde d’après : chacun veut le bien de tous et œuvre à sa mesure pour le bien commun.

Promotion gratuite. « Au Pélican fleuriste », 209 rue du faubourg st Martin. Claire a été remplacée par Cassandra.

Boulangerie « Les Gamins du faubourg », 210 rue du faubourg st Martin.

Poissonnerie « Au paradis des mers », 209 rue du faubourg st Martin.

« Le Bistrot du canal », 224 rue du faubourg st Martin.

« La caverne de Fakri Baba », 215 rue du faubourg st Martin.

Chez Giacomo, 8 rue du Château Landon.

Le Petit Nicolas est toujours disponible à la librairie Litote, rue Alexandre Parodi, ainsi que l’inoubliable best-seller de Géraldine Collet, Et toi où tu fais caca?


LE TANGO des Mistes

Optimistes et pessimistes dansent depuis toujours un tango.

J'ai des amis chers dans les deux catégories. Essayons de deviner comment ils réagissent face au début de la fin du confinement - ou à la fin du début du déconfnement. Où finit le début et où commence la fin ? Vaste débat qui fera (ou pas) l'objet d'un prochain post

Les optimistes radicaux pensent que ce n'est pas un petit machin de virus qui va interrompre la grande transformation de l'homme annoncée par le scientifique/religieux Teilhard de Chardin, matière et esprit enfin réconciliés finiront bien par accoucher du véritable être humain attendu depuis des millénaires, les pieds dans la terre et la tête dans les étoiles. On en aura enfin fini de la terrible dualité corps-esprit : incarnés en nous-mêmes, reliés au plus profond de notre histoire et attirés au plus lointain de nos rêves, nous pourrons libérer la puissance atomique créatrice de l'énergie spirituelle qui vit en nous depuis le premier jour et l'éparpillement initial de la matière qui nous constitue.

Les optimistes à vue courte n'ont pas ces perspectives cosmiques : ils pensent que tout va s'arranger - et recommencer comme avant.

Les optimistes religieux pensent que le Seigneur/Allah/ Elohim/Vishnou (ici, cocher la case adéquate) nous sauvera si nous décidons de suivre désormais le droit chemin, et punira les mécréants/infidèles/Arabes/Juifs (cocher la ou les cases adéquates).

Les optimistes béats pensent que le progrès médical permettra de surmonter cette crise et de prévenir les suivantes.

Les optimistes progressistes pensent que le monde aura appris de l'épreuve - les systèmes de santé seront améliorés, les monstres financiers priés de se bouffer nos pseudo-dettes.

Les optimistes écolo-humanistes pensent que chaque individu émergera de cette crise avec une réflexion plus profonde sur l'impact de nos comportements individuels sur la planète.

Les optimistes européens pensent que l'Europe saura resserrer les rangs et se montrer solidaire.

Les pessimistes radicaux pensent qu'entre virus en folie, flicage numérique, et dérèglement climatique on va vivre l'enfer : après le COVID 19, le COVID 20, tout ça sur fond de réchauffement climatique. En comparaison, les univers post-apocalyptiques type Blade Runner, Independence day, ou Mad Max sembleront un éden.

Les pessimistes religieux pensent que tous nos malheurs sont la punition du Seigneur/Allah/Elohim/Vishnou (ici, cocher la case adéquate) qui punit l'humanité pour ses fautes.

Les pessimistes écolo-humanistes se lamenteront qu'une fois de plus l'homme ait manqué l'occasion de comprendre, qu'encore et toujours, il étale ses instincts destructeurs.

Les pessimistes  complotistes pensent que tout ça, c'est la faute des Chinois/ des Juifs/ des Arabes/ des Américains/ des  Russes/des Slovènes/des Belges (cocher la case adéquate).

Les pessimistes souverainistes réclameront la fermeture des frontières.

Les pessimistes progressistes pensent que les « dark forces »  de l'ultra-libéralisme vont se saisir du prétexte du virus pour approfondir leur entreprise d'asservissement du peuple.

Pour finir, une histoire drôle (en tout cas elle me fait rire, moi) :
L'optimiste et le pessimiste sont tout au fond du fossé, les pieds dans un immonde mélange de merde et de boue, les chevilles enchaînées. A supposer que par un miracle de volonté et d'ingéniosité ils réussissent à s'arracher à la fange dans laquelle ils baignent, c'est le déluge de feu au-dessus de leurs têtes qui les attend. Ils poussent en choeur un soupir à fendre l'âme.

Le pessimiste : « Ça pourrait pas être pire. »
L'optimiste : « Si. »

P.S. je connais des complotistes et j'en croise mais j'ai pas d'amis complotistes - que je sache.

PPS. Mémoires d'outre-tombe : j'en suis au livre XV.
Pessimiste : seulement ? tu ne finiras jamais ! Optimiste : quelle merveille, encore vingt livres à baigner dans cette écriture sublime !


DERNIERES PENSEES D'UN CORONAVIRÉ

Puisque je vais mourir,

Seul ou avec tout le monde -

Ça n'a pas encore été annoncé sur les ondes,

Je vais exprimer mes dernières volontés.

Y aura-t-il même un vivant dans un an pour les lire ?

Si oui : au moins de moi restera un sourire.

Si non : un coup de plus j'aurai écrit pour ne rien dire.

Avant de mourir je veux

Faire l'amour dans l'eau d'une mer chaude

Passer la nuit avec deux des plus belles Claude

des Mémoires d'outre-tombe achever la lecture

Afin au ciel d'y entretenir leur auteur

de quelques longueurs que j'y trouvai

et qui eussent mérité de notables coupures

Egalement je veux apprendre le chinois

le finnois, le hongrois,

le vieil anglois

Naviguer je veux aussi au noroit

au suroit,

et courir encore sur le sable et par les bois.

Je veux -  las, le temps m'est horriblement compté ! -

Aller au sommet du Mont Blanc

Traverser un ou deux océans

 M'agenouiller tel un suppliant

Au pied des géants

De l'île de Pâques

Revoir Olympie, Delphes, Angkor, Cuzco, Karnak,

Lieux dont la force d'âme autrefois m'étreignit

Mais dont la magie s'est enfuie

Les temples de Kyoto, et leurs cerisiers blancs

Les verrai-je une fois au printemps ?

La madone del Parto, de son manteau les pans

S'ouvriront-ils pour moi en un dernier tableau ?

Les fresques de Piero, de Giotto, Masaccio,

Les austères cellules où peignit Angelico,

Mes yeux pourront-ils encor' en festoyer

A l'heure du couchant ?

 

Et les soeurs provençales ? Cluny, Fontenay, Montmajour, Fontevrault ?

Me sera-t-il donné à nouveau de m'y recueillir les yeux clos ?

ou dans cette modeste chapelle d'une campagne isolée,

moi sans Dieu, de prier ?

 

 

Et puis si j'ai le temps - soyons un peu sérieux ! - je veux revoir une dernière fois

Tous ces longs films suédois

Qui donnaient envie de mourir

Quand la vie était une valeur sûre

Chanter les solos de Parker

Et rire avec Buster,

Avec Curly, Larry et Moe,

Avec Fields et Charlot,

Sans oublier Toto,

Et puis les Marx Brothers

Groucho, Harpo, Chico,

De Karl les cousins autrement rigolos.

 

Une dernière chose avant de vous quitter,

Vous que j'ai tant aimés

Et vous aussi que je détestais

Ou dont je me foutais

Jusqu'à mon dernier souffle, je voudrais

Mon amour ma chérie aux doux bras

Que tu me tiennes contre toi.


Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.