Antoine Audouard

Derniers articles

LIBERTE LIBERTE CHERIE !

D'un séjour de trois semaines à New York, plutôt que les habituelles « trumperies », je préfère retenir deux beaux exemples de liberté. Pas plus critique d'art que de cinéma, je me permets de partager quelques réflexions personnelles inspirées par deux découvertes en ces domaines.

Le premier est le film Can you ever forgive me ? Parce que sa (géniale) actrice principale est Melissa McCarthy, il sera sans doute classé « comédie » - c'en est une, et c'est beaucoup plus que cela. Racontant l'histoire de la célèbre faussaire américaine Lee Israel qui, pour survivre à une carrière en panne et payer les factures, tapait sur de vieilles machines à écrire des lettres de  stars littéraires de l'époque, comme Dorothy Parker ou l'auteur de théâtre Noel Coward (elle alla jusqu'à écrire une lettre de Marlene Dietrich), la réalisatrice Marielle Heller (je ne connaissais pas) donne un film transgenre - si j'ose, car ses protagonistes sont  homosexuels l'un et l'autre : ils  développent une amitié fortement alcoolisée  (un classique) et leurs répliques ( à la hauteur de Melissa se situe son partenaire, l'excellentissime Richard E. Grant) donnent le contour émouvant de l'amitié entre deux solitaires à la dérive. Le film n'est encore diffusé que dans quelques salles à New York  mais - oscarisation ou pas - nul doute qu'il ne vive une vie plus épanouie dans les mois à venir.

Dans un autre registre, l'exposition des dessins d'Eugène Delacroix au Met offre un exemple de liberté artistique qui pourrait inspirer beaucoup d'intégristes de « l'art véritable ». Je m'attendais à voir des chevaux et il y en a - comme il y a des Arabes montés sur chameaux ou bien assis, en costumes de couleurs, fumant le narguilé.  Mais ces séries shakespeariennes, inspirées par Hamlet ou Othello (trois minuscules aquarelles, à l'entrée de l'exposition), mais ces caricatures qui ne le cèdent en rien à celles de Daumier !  A côté  des dessins préparatoires de célèbres tableaux, l'on voit les essais d'un artiste de 20 ans qui copie sans relâche les maîtres qu'il admire avant de croquer d'un trait, comme un dessinateur de presse, les figures grotesques d'un débat parlementaire. Il n'est pas l'un « ou » l'autre, il est l'un et l'autre, comme en témoigne ce petit chef d'oeuvre où, à côté d'une lionne couchée flotte le profil d'Ingres, rival de Delacroix qui, quoique libre à sa façon, ne se fût pas aventuré à ces fantaisies-là.

Comme il est bon de constater parfois que prendre l'art au sérieux n'oblige pas à renoncer à la liberté et à se prendre au sérieux.

 

Références :

Can you ever forgive me, film de Marielle Heller tiré du livre éponyme de Lee Israel avec Melissa McCarthy et Richard E. Grant.  Produit par Anne Carey, à qui l'on devait aussi, entre autres, l'excellent et inclassable Mr. Holmes. Sortie française ?

Les dessins de Delacroix : exposition au Metropolitan Museum of Art de New York, jusqu'au 6 janvier 2019.


Les dernières parutions en France

Derniers articles

MAUVAIS QUART D'HEURE

 

Le « quart d'heure de gloire » de chacun prophétisé par Andy Warhol  - et qui à l'âge des réseaux sociaux est bien souvent un quart de seconde-  trouve jour après jour son héros plus ou moins malheureux. Après M. Jawad, logeur de terroristes qui voulait seulement «rendre service», après les bévues de gardiens de but de foot, et les « off » de M. Wauquiez,  voici  en boucle la vidéo du révérend Ellis, qui ne restera pas dans l'histoire pour ses prêches ou son combat pour l'écologie et la paix mais pour avoir (intentionnellement ? malencontreusement ?) caressé la poitrine d'Ariana Grande pendant la cérémonie de commémoration  consacrée à Aretha Franklin.  Au lieu  - oubliant que tout était filmé  et qu'aucun geste n'était donc « off » - de déclarer que « jamais il ne ferait une chose pareille », le pasteur Ellis aurait été mieux inspiré (et sans doute plus proche de la vérité) s'il avait avoué que la chanson « You Make Me Feel Like a Natural Woman » interprétée brillamment et avec émotion par la jeune femme,  lui avait donné des idées et que, dans le désert sexuel de sa vie il n'avait pas su se contrôler.  A soixante ans passés, on  a quand même le droit  d'être un « natural man », bordel, même à l'ère de Harvey.


Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.

CONNECTEZ-VOUS

se souvenir de moi

Vous avez oublié votre mot de passe ?
Vous pouvez faire une demande pour le recevoir par email, cliquez-ici!