Antoine Audouard

Derniers articles

ECOLE 2


Je poursuis les étapes principales du parcours scolaire qui m'a préparé au confinement actuel.

Après le séjour hospitalier parisien, qui m'a  ouvert les yeux et le coeur sur la condition du  soignant moderne, ma deuxième école s'est située en Inde, à l'hôpital de  médecine ayurvédique AVP de Navakkarai, dans la banlieue de Coimbatore, capitale du Tamil  Nadu, pour les amateurs de géographie sous continentale.

Sans revenir sur le détail du traitement[1],  je signale aux néophytes que la première étape du « grand traitement » impose une série de contraintes pendant quinze jours : interdiction de se couper les ongles ou les cheveux  et surtout confinement dans la chambre ou, en tout cas, à l'intérieur de l'hôpital. Finies, les balades dans  le parc ou la sortie sur le toit pour admirer le coucher du soleil.

Qu'est-ce que j'ai fait les premiers jours ? J'ai essayé de m'enfuir : vivre sans ma promenade du matin, rater  au crépuscule un de  ces magnifiques concertos pour soleil, nuages et montagnes ?  Pas question. Et puis un des médecins m'a  aidé à comprendre que cette contrainte ne prenait son  sens que si je la vivais  non comme une mise au cachot  mais à la manière d'une obligation intérieure. Son motif strictement médical me semblait futile : même avec des défenses  immunitaires légèrement affaiblies  par le traitement, étais- je en danger d'infection parce que  je déambulais vingt minutes à six heures du matin  au milieu des cocotiers, des manguiers, des papayers ? Heureusement j'ai écouté ma fatigue[2] qui m'a aidé à découvrir le deuxième volet - et le plus important- de l'injonction : ne pas sortir c'est rentrer en soi. S'ennuyer c'est renouveler sa créativité, voire découvrir un continent que nous n'avons pas l'habitude d'explorer : le rien.  Au bout de quelques jours, je n'avais plus besoin  de consulter mon portable toutes les  trente secondes pour être sûr que j'existais, d'enchaîner les DVD sur mon ordinateur ou de compulser frénétiquement les douze gros livres que j'avais entassés au fond de la valise de peur de manquer.

J'ai retrouvé la mémoire de cette expérience dès les premières heures du confinement Covid (appelons-le CoCo)

Jour 1, une obsession : sortir. Tous les prétextes sont bons, une course à faire, « l'exercice physique » dans un rayon de 500 m. il faut qu'à mon deuxième passage Carole, ma copine du « Bistrot du Canal » dont la partie tabac/loto  (produits de première nécessité est encore ouverte, me  signale  que je n'arrête pas, pour que je m'en rende compte : concentré sur l'attestation magique et ses photocopies, j'ai négligé de me souvenir que tout ça avait un sens, pour moi et pour les autres.

De plus je n'ai pas l'excuse de l'exiguïté : non seulement c'est  vaste chez nous  - ce qui réserve à chacun « son » espace »- mais en bas de notre immeuble il y a une grande cour plantée : aux heures  calmes (presque toutes) on peut prendre l'air et maintenir sa condition physique en limitant le contact avec les voisins à un salut  de loin ou trente secondes de conversation (avec distance de sécurité). Le reste de la journée :  préparer ou aider à préparer les repas,  charger ou vider la machine à laver la vaisselle (le vidage est une mes mes activités méditatives favorites), faire son lit (rien de plus tristounet que de se coucher le soir dans un lit pas fait), se laver, lire, méditer?un bon film?  messages ou coups de fil aux amis, quelques courriels?et puis rien, le  bon vieux  et magique rien dans lequel il est délicieux de se baigner !

Facile ?  Soyons honnêtes : pas tant que ça pour ceux qui ont les enfants à la maison, le télétravail plus les courses et  toutes les tâches domestiques. Même pour les autres - à supposer qu'ils aient les sous pour tenir le coup...- c'est à suivre?Il est vrai  que  ça  fait à peine deux semaines, et  on trouve  plus ou moins facilement ce dont on a besoin et envie pour se nourrir. On verra dans quinze jours, dans un mois - et déjà ces vacances scolaires à la maison où il a fallu renoncer à tous les plans d'évasion au soleil, à la neige, à la campagne ou en Bretagne (sauf si on y habite et s'y trouve confiné  sur un rocher  à quelques mètres du grand large).

J'espère néanmoins qu'on va en profiter. Beaucoup d'entre nous sont comme des terres agricoles qui ont  travaillé sans relâche pour « produire » et « performer » depuis des années : quelques semaines de mise en jachère  ne nous feront pas de mal.

Allez les filles, c'est pas tout ça : j'ai du taf, moi !

 Stay healthy, stay inside, and stay safe: ze virus ize mébi onne ze dore or onne ze deurti tébeule, beute love ize inne zi air

 P.S. Juni chanje kwai le[3], comme in dit à Wuhan : zappy zanniversaires  aux confinés du beurday de la quinzaine : Zoé (ma petite fille, 5), Bruno (mon vieux con de vieux pote, 82), Nastasia (25[4]), ma gouroute Edith (-8 ans[5]) et bienvenue sur cette putain de terre à Romy Palmero[6] !

 

 

PPS en live : Je vois une de mes voisines de l'immeuble d'en face qui fait de la gym à son balcon et elle fait pas semblant, ça envoie du lourd.

Références

Manu Dibango est mort du Covid 19, à 86  ans. J'ai pas connu  « papy Manu » - l'ai juste aperçu dans un avion une fois et j'ai pas osé faire le fan, mais je suppose qu'il aimerait mieux qu'on écoute sa musique  et qu'on danse plutôt qu'on pleure? je pense à tous ceux qui meurent d'autre chose et dont on parle à peine. Pour les autres vieux comme moi et plus, restez en vie, les papys, les mamies, vos petits-enfants vous attendent

Ma lecture de confinement : les Mémoires d'Outre-Tombe, pas toujours joyeux (quoique..) ni « progressiste » mais  putain con, merde,  ce con  d'enculé d'aristo  breton  savait écrire un de ces putain de français? et ça donne  du temps de distraction  avant d'attaquer Saint Simon.



[1] Promo gratuite : ce thème est développé dans l'excellent ouvrage Partie Gratuite (Robert Laffont, 2018, 20 EUROS seulement pour 400 pages), toujours disponible en ligne sur les sites de vente indiqués précédemment, et bientôt à nouveau en librairie sur commande

[2] Citerai-je jamais assez le déjà légendaire et irremplaçable  ouvrage de mon ami et frère Léonard Anthony, Fatigue (Flammarion/Versilio, 18 euros)

[3] Traduction gratuite : joyeux anniversaire en mandarin.

[4] Promo gratuite : Nastasia est la fille de   mes amis Jeremy et Alexandra, qui tiennent dans un site sublime  le gîte des Fosses aux Loups à Colognac, près  de St Hippolyte du Fort, au coeur des Cévennes. Actuellement fermé, comme tout le reste mais à recommander quand les balades dans le coin seront à nouveau  possibles : c'est rustique, chaleureux et ce couple anglo-serbe fait une  admirable paire de Cévenols.

[5]  Prononcer tuit ans

[6] Promo gratuite : Romy est la fille de Yohann  et Fanny, qui tiennent  le restaurant l'Ami provençal sur la place de l'Eglise à Fontvieille, établissement actuellement fermé pour diverses raisons mais recommandé à tous dès sa réouverture pour qualité des produits, de la cuisine (Yoann)  et gracieuseté de l'accueil (Fanny).

Les dernières parutions en France

Derniers articles

A L'ECOLE (1)


Mon jeune et merveilleux ami Mourad Benchellali me racontait  qu'assez tôt dans  sa détention à Guantanamo, il avait rêvé qu'il retournait à l'école - signe que dans cette épreuve qu'il n'avait pas choisie et qui s'annonçait longue et cruelle, il pressentait l'occasion d'un apprentissage. Pour un garçon intelligent mais turbulent, qui avait interrompu prématurément ses études, il bénéficiait d'un  programme complet de rattrapage.  Il en a profité pour apprendre l'anglais et l'arabe, étudier le Coran, lire Harry Potter  et cultiver une douceur et une tolérance naturelles qui font de   cet « ennemi combattant » qui n'a jamais porté les armes  un des êtres humains les  plus profondément pacifiques   et bienveillants que je connaisse.

Nos conditions de détention - si j'ose ainsi nommer le confinement qui nous est imposé par la situation sanitaire - ne sont en rien comparables à celles qu'a eu à subir Mourad; nous pouvons néanmoins, comme lui, en profiter pour retourner à l'école.

Ma vie m'a donné la chance de recevoir quelques cours que je peux partager avec les  avides lecteurs de ce blog.  En  voici la première partie.

Mon séjour dans les locaux des hôpitaux Lariboisière et Fernand Widal m'a donné l'occasion de fréquenter de près  un monde que je ne connaissais peu  et mal? ?J'ai eu la chance de développer des relations de camaraderie, voire d'amitié, avec quelques-uns des soignants ou agents avec qui j'ai été le plus régulièrement en contact. J'ai donc  au cours des dernières années suivi en direct et en temps réel la lente dégradation des conditions de travail dans les hôpitaux français où l'on a voulu installer sans réflexion de fond  des objectifs de performance?Manque de moyens,  de lits , de personnel, de matériel, fatigue chronique de beaucoup de soignants : s'il y avait une leçon à retenir de la « crise », ce serait que les hommages vibrants aux soignants ne suffisent   pas : c'est bien sympathique de les applaudir aux fenêtres ou sur le « fenestron » (c'est ainsi que mon père, le regretté Yvan Audouard, appelait l'écran de télévision quand il tenait sa chronique du « Canard Enchaîné ») : il faut les équiper, les payer plus décemment - et leur assurer des conditions de travail correctes. Un peu à la manière des flics à qui on a demandé de faire du chiffre et qui passent parfois plus de temps à  surveiller les  horodateurs et mettre des prunes qu'à assurer la sécurité, on a demandé  aux directeurs d'hôpitaux de rentabiliser=  fermer des « lits » qui ne tournaient » pas assez vite, pas de remplacement des personnels manquants, recrutements  rendus difficiles à cause de salaires   « peu attractifs » (euphémisme pour dire « autour du SMIC » et horaires impossibles);  soignants sommés   de  cocher des cases sur  des fiches ou  des formulaires informatiques : autant de temps passé loin du patient qui en a besoin. Dans ces conditions le soin est peu à peu devenu comme le nettoyage des chiottes dans les trains : on  accomplit sa tache le plus vite possible,  on signe la feuille, (traçabilité oblige !)  et on passe à la suite (cadence oblige). Ça ne veut pas dire que le travail est mal fait : la température a été prise, le taux de sucre mesuré, la toilette effectuée, mais le supplément gratuit, le sourire, la conversation anodine, passent à l'as.

Certes il y a des priorités et à la veille du pic d'épidémie on ne va  pas demander aux soignants   déjà  exténués,   appelés en  panique  à droite et  à gauche, de  faire du « small talk » avec des patients en détresse respiratoire, sans compter que  sont vite atteintes les  limites  de la conversation entre un patient et un soignant masqués - encore faut-il qu'on leur en fournisse, des masques, d'ailleurs ! Il serait dommage d'oublier tout cela une fois le virus  maîtrisé (très bonne blague sur Internet : ne prenez pas le Covid 19, attendez la version updatée : le Covid 20). Le système de santé français a fait l'objet d'un consensus politique : si notre provisoire « union nationale »  de temps de guerre pouvait enfin déboucher sur des choix politiques et budgétaires permettant de le « refonder »  en temps de paix dans le long terme plutôt que dans les  bricolages de l'urgence en comptant sur le « dévouement » et « l'héroïsme », cela prouverait que collectivement nous avons été à l'école du virus.

PS. Quelqu'un peut-il enregistrer une nouvelle version de la délicieuse chanson « tout c'qui est dégueulasse porte un joli nom » en ajoutant le mot « coronavirus ?

https://www.youtube.com/results?search_query=+tout+c%27qui+est+%C3%A9gueulasses+porte+un+joli+nom

PPS : ceci rédigé il y a quelques jours - entre-temps témoignage d'une jeune infirmière  reçu par WhatsApp entre deux vidéos marrantes (il y en a d'excellentes) Elle a choisi le métier par vocation, et non par défaut : son stage  en chirurgie interrompu  la voici  reversée  dans un service de pneumologie débordé, sous-équipé et en manque de personnel. Payée une misère elle met sa vie en danger pour sauver la nôtre. Si elle traverse l'épreuve, comme son compagnon aide- soignant dans une équipe de nuit dédiée au Covid 19, lui dira-t-on seulement ? «  Merci beaucoup Alice, voici un euro de prime (l'augmentation par nuit de garde  obtenue  pendant son stage de  dernière année  d'études) : économise, joue au loto une fois tous les trois mois, si tu gagnes  tu auras tes chances de partir en vacances ! Peut pas se plaindre, la petite : au moins elle n'a pas (pas encore ?) trouvé sous sa porte un mot anonyme lui demandant de déménager parce qu'elle et son chéri représentent une menace sanitaire  pour les occupants de l'immeuble?

 

 

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.