Antoine Audouard

Derniers articles

TRUFFAUT L'HOMME QUI AIMAIT


Bizot, avec qui je partage (presque) tout, me dit trouver mon obsession actuelle des films de François Truffaut (presque[2]) aussi exotique que ma passion pour l'Olympique de Marseille. Non qu'il supporte le Paris-Qatar-Saint-Germain, ce qu'à Dieu ne plaise, mais autant le spectacle d'un match de rugby (surtout France-Angleterre) éveille en lui des émotions qui, pour être prévisibles (l'Angleterre gagne à la fin), n'en sont pas moins puissantes et incontrôlables, autant l'idée même du football ne provoque chez lui que l'indifférence ou l'invincible ennui.

François Truffaut avait-il le moindre intérêt pour le sport ? Pas que je sache, et il n'y en a, sauf erreur, aucun indice dans ses quatorze films. Des Quatre Cents Coups (1959) à Vivement dimanche (1983), pas un stade, pas un ballon rond ou ovale et si le jeune Antoine Doinel/Jean-Pierre Léaud court sur une plage, ce n'est pas en mode Chariots de feu pour se préparer aux Jeux olympiques, mais pour échapper aux rigueurs du centre où il est « rééduqué », c'est-à-dire détenu. On doit bien voir tel ou tel personnage à bicyclette, mais c'est pas l'ambiance Tour de France ou Paris-Roubaix. Pour en revenir à Doinel, l'effort physique et la concentration mentale ne sont pas absents de sa carrière mais rien dans ses vies professionnelles (de réceptionniste d'hôtel, de détective privé, de coloriste de fleurs, de vendeur de chaussures, de réparateur de télévisions, d'écrivain) ou dans sa vie privée n'indique le moindre goût pour la pratique ou le spectacle du sport.

Ça y est, j'ai trouvé un point commun entre Truffaut et Bizot : ils s'en foutent du foot.

Ce n'est qu'un début et j'avance coup sur coup les trois petits pions  (non, cinq !) qui administreront à Bizot la preuve que Truffaut n'est pas si éloigné de lui qu'il le croit :

1. - Ils s'appellent tous les deux François. Tu me diras, ça va pas loin car des François, dans les années 1930 (Truffaut, 1932 ; Bizot, 1939) il y en avait des palanquées - et même des Françoise (môman, 1933.)

2. - Vers la fin de sa vie, Truffaut a tourné deux films avec Gérard Depardieu, et Bizot est le grand-père du plus jeune fils de Depardieu, Jean.

3. - Ils ont tous les deux une fille prénommée Laura.

4. - Truffaut a tourné deux films avec Deneuve en vedette et Bizot a vu une fois Deneuve entrer dans un restaurant, il y a vingt ans - je n'entre pas dans les détails, mais si j'en crois mon ami, elle n'était déjà plus ni la séduisante et dangereuse Marion Vergano de La Sirène du Mississippi, ni la séduisante et courageuse Marion Steiner du Dernier Métro.

5. - Un des écrivains fétiches de Truffaut était Proust. Je ne sais pas s'il avait lu Ernst Jünger qui, avec Marcel, est le héros littéraire de Bizot - mais pour employer une expression bizotesque (bizotienne ?), « c'est quand même pas rien ».

Bizot, je sens que tu n'es pas convaincu. Pourtant, je te promets, pas besoin de casser ta tirelire pour acheter des DVD, il y a plein de Truffaut (pas Truffauts, je crois) disponibles sur Netflix ou Mubi - je sais que tu es abonné, ne serait-ce que pour voir et revoir l'intégrale des Soprano. Je reconnais que les journées sont courtes, quand on est octogénaire, qu'on travaille depuis quarante ans sur une « somme » consacrée au bouddhisme des Khmers et qu'on a « presque fini » depuis quinze ans : quelques virgules à déplacer, quelques centaines d'articles à lire, une dizaine de gros manuscrits en sanskrit ou en khmer à consulter - sans compter le chien à nourrir - on va pas s'arrêter pour regarder The Voice ou Koh-Lanta.

Mon Bizot embarqué (MBE[3]) : « Exact. Idem pour Truffaut. »

Moi : « Tu sais, ça vaut vraiment la peine d'y regarder de plus près. »

Le vrai Bizot[4] : « Truffaut, c'est bien lui qui a réalisé les films où il y a tout le temps ce petit brun agité qui a un phrasé exaspérant ? »

Moi : « Jean-Pierre Léaud, tu veux dire ? »

Bizot : « Ouais, ça doit bien être ce nom-là. »

Sur les noms des dieux du panthéon bouddhiste, les rois des dynasties angkoriennes et la mafia du New Jersey version Soprano, Bizot est imbattable mais il a raté la majeure partie des années 1960 en France, moyennant quoi il est passé à côté de Sacha Distel[5], Jean Gabin deuxième manière, Sheila, Alain Robbe-Grillet ou les Charlots. Et Truffaut, donc.

Donc on en était à Jean-Pierre Léaud qui n'a pas joué queDoinel, même chez Truffaut, mais qui reste associé aux aventures cinématographiques du jeune Antoine.

Doinel est à bien des égards une projection poussée d'un être hybride additionnant Truffaut et Léaud, mais Truffaut est loin de se limiter à lui.

À voir ou revoir ses films, non seulement mon admiration pour le cinéaste croît, mais je me compose le portrait d'un homme que j'aurais aimé, l'un de ceux qui éveillent chez nous le sentiment d'amitié sans réserve (dans mon cas, Tchekhov et Camus pour le passé, Bizot et Todorov pour le présent). Je me refuse à considérer Tzvetan comme mort, et je donne une cinquantaine d'années à Bizot pour finir une première version acceptable de sa Summa buddhista.

Ça me fait bizarre de m'en souvenir parce que j'ai participé à sa création, mais l'idée de base de la partie blog du slog était de faire des textes courts - 300 mots, c'est plus que Twitter mais ça reste assez compact. Je sais pas si c'est un effet de l'âge, mais depuis quelque temps j'ai plus de mal à faire court - et pourtant je prends le temps? J'ai dû découper ce Truffaut, d'abord en deux, puis en trois? maintenant j'en suis à douze épisodes, dont ce qui précède est le premier. (À suivre, donc.)



[1] Non fake note de Malcampo : «  Ça me fait un point commun avec Bizot. Je connais 3 noms de d'ex-footballeurs : Cantona à cause de sa personnalité et parce qu'il me fait marrer, Lizarazu parce qu'il est beau et Zidane, je ne sais pas pourquoi. »

 

[2] Comme le « quoique », le « presque » était l'un des mots fétiches du très regretté Guy Leverve - une de ces rares personnes dont l'oeuvre aura été d'être, tout simplement - ce qui n'est pas donné à n'importe qui. Naître est à la portée de n'importe quel imbécile. Être, c'est une autre affaire, qui ne se résume pas à la gestion des fonctions et à l'accomplissement des gestes basiques permettant survie et subsistance jusqu'à l'Égalisation finale. Ceux qui l'ont connu le savent : Guy était, intensément, colériquement, amoureusement, et c'est pas grave qu'il n'ait pas laissé d'oeuvre en volume (quoique).

 

[3] Marrant, ça fait member of the British Empire et s'il y a une nation que Bizot déteste autant qu'il l'admire - ou admire autant qu'il la déteste -, c'est la nation britannique.

[4] I guarantee it.

[5] Désolé pour un fan égaré de ce chanteur, mais je crois qu'on peut s'en passer. Idem pour Sheila, et Robbe-Grillet, même si je dois peiner mon amie Dominique, lectrice de ce slog et amatrice d'ARB ( La Jalousie  ou  les Gommes,  je ne suis plus trop sûr duquel). Les Charlots, en revanche, c'est  important? comme les Gendarmes avec Louis de Funès  (18 films de 1964 à 1982, environ 40  millions d'entrées en France) et les Don Camillo  avec Fernandel (5 films de 1952 à  1965, plus de 30 millions d'entrées en Europe)

Les dernières parutions en France

Derniers articles

OUT THERE AND FAR OUT


(Rivette 3)

J'ai vu des trucs barrés au cinéma, mais plus barré que ça, je ne  croyais  pas  que  ça puisse exister[2] : ça s'appelle Out One et c'est un truc - je ne sais pas encore comment l'appeler - réalisé par Jacques Rivette en 1970-1971 ; comme pour La Roue d'Abel Gance (cf. mon post récent), j'ai d'abord vu la version « courte » (Out 1. Spectre, 4 heures 20 minutes seulement). J'ai adoré, mais j'ai pas compris grand-chose. En enchaînant sur la version longue (Noli me tangere[3], 12 heures 50 minutes) je me suis dit que j'allais mieux comprendre. J'ai adoré aussi et j'ai toujours pas compris grand-chose, ce qui n'a pas plus d'importance que dans Twin Peaks, réalisé (est-ce pure coïncidence ?) vingt ans pile après Out 1. Il y a d'ailleurs des tas de points communs entre Rivette, un des cinéastes les plus « intellectuels » de la Nouvelle Vague, et David Lynch, le rêveur fou de Missoula, Montana, un autre grand « égareur » du cinéma.

Qu'est-ce, donc, que Out 1 ?

Ce peut être l'histoire de Thomas (Michael Lonsdale), celle de Colin (Jean-Pierre Léaud), de Frédérique (Juliet Berto), Lucie (Françoise Fabian), Pauline (Bulle Ogier), Nicolas (Marcel Bozonnet), Sarah (Bernadette Laffont), Marie (Hermine Karagheuz[4]), Lili (Monique Moretti), Étienne (Jacques Doniol-Valcroze), de Béatrice (Edwine Moatti), d'Elaine (Karen Puig)? J'en perds le compte. Celle aussi des tas de personnages secondaires qu'on ne voit qu'une fois, des petits arnaqueurs, deux pornographes, des truands, un professeur de littérature, une Miss Blandish, un joueur de foot, un noctambule, des silhouettes furtives. Et je ne compte pas le fantôme, les disparus, ceux dont on prononce le nom, mais qu'on ne voit jamais. Un film raisonnable n'essaierait pas de raconter autant d'histoires à la fois, y compris celles qu'on ne voit pas, qui se sont déroulées dans le passé ou hors champ, mais Out 1 est un film fou. Un post raisonnable ne tenterait même pas de résumer Out 1, car Out 1 n'est pas résumable - d'ailleurs je n'essaie pas de le résumer, simplement de l'évoquer, à la manière d'une séance de spiritisme[5] où des formes manifestent leur présence.

Qui sont-ils ?

Thomas est-il un metteur en scène avant-gardiste préparant une version moderne du Prométhée délivré d'Eschyle ? N'est-il pas plutôt au centre des treize membres d'un complot mystérieux dont on ne connaîtra ni la nature exacte ni les contours, même flous, et dont Colin est (ou n'est pas) partie prenante ? by the way, le statut sentimental de Thomas sur facelivre semble être « it's complicated ».  - il était avec Lili, il est maintenant avec Béatrice et tente de séduire Sarah.  Pourquoi  Lili  monte-t-elle précisément au même moment que son ex  une autre tragédie d'Eschyle, Les Sept contre Thèbes ? Les répétitions des deux pièces se déroulent-elles dans le même théâtre ? Sont-elles destinées à déboucher sur un spectacle ?

Pauline, qui s'appelle aussi Émilie, est-elle la propriétaire d'une boutique hippie nommée L'Angle du hasard ? L'âme fondatrice d'une nouvelle revue au projet éditorial flou auquel Colin tente de se joindre ? Une membre des Treize ?

Colin lui-même, qui flotte entre ces différents univers, est-il un sourd-muet qui récolte des oboles plus ou moins spontanées aux terrasses des bistrots parisiens ? Un journaliste de Paris Jour qui enquête sur des crimes passionnels sanglants ? Un vagabond cherchant à se désennuyer ? Un des Treize ? Qui lui envoie ces messages mystérieux l'invitant à se mettre sur la piste des Treize ?

Frédérique est-elle une voleuse à la manque, une âme en peine ? Que fait-elle assise dans son gourbi à jouer avec des couteaux qui, défiant la règle tchekhovienne, ne servent ultérieurement à aucune agression, aucun meurtre ? Pourquoi vole-t-elle un paquet de lettres à Étienne ? Est-ce pour l'amusement ou l'argent qu'elle tente ensuite de se lancer dans un chantage pour lui rendre ces lettres dont il prétend d'ailleurs n'avoir que faire ? Où est passé le père des jumeaux de Pauline ? Pourquoi Sarah, dont le premier roman a obtenu un grand succès, a-t-elle tant de peine à en écrire un second ? Et pourquoi Thomas vient-il la chercher à l'Obade, où elle s'est réfugiée, pour lui demander de le suivre à Paris pour juger l'état de sa mise en scène ? Quelle est l'identité du fantôme qui habite l'Obade ? Qui est Pierre, l'ex de Sarah qui a inspiré son premier roman autobiographique ? Plusieurs personnages en parlent, et il est souvent mentionné comme un membre important de Treize ; mais on ne le voit jamais. Pourquoi Marlon (Jean-François Stévenin[6]) casse-t-il la gueule à Frédérique au comptoir d'un bistrot ? Pourquoi Etienne, à qui Frédérique a dérobé les  lettres, n'est-il pas tenté par l'invitation de Thomas à réactiver les Treize en sommeil depuis plusieurs années ? Et d'ailleurs, quelle a été leur action, et quel serait le nouveau projet ?

Où se déroule Out 1 ? Pour l'essentiel à Paris, car - et c'est un autre trait commun avec Balzac  et Truffaut - Rivette est un obsédé de Paris, le Paris de jour et le Paris de nuit, le Paris des bistrots, celui des grandes places, celui des passages ou des recoins. L'Angle du hasard, la boutique de Pauline, est proche de la rue Sainte-Opportune, dont on aperçoit la plaque ; c'est le quartier où se déroule une partie de l'action de Ferragus, le premier récit des trois qui, avec la préface, composent L'Histoire des Treize[7]. Comme chez Truffaut il y a ce goût des toits de Paris, les apparitions de la tour Eiffel - et puis les escaliers des immeubles parisiens, larges ou crapoteux, les couloirs plongés dans l'ombre. Peu des autres lieux signatures de la capitale : ni Arc de triomphe, ni Notre-Dame ni le Louvre, aucune gare. Le XVe  des bords de Seine, les environs de la Bastille? L'arrière du Moulin Rouge, des péniches sur la Seine, les voitures qu'on voyait alors dans les rues de Paris, celles que conduisait ma maman : SIMCA 1300, Peugeot 404, DS? ces autos-là, on ne les voit plus, ce Paris-là a tellement changé qu'on le reconnaît à peine.

 Treize à la douzaine

Que raconte Out 1 ? C'est une adaptation de L'Histoire des Treize, un cycle dont Balzac a écrit la préface, mais dont les trois romans qui suivent n'éclaircissent en rien les détails qui restent nébuleux. Dans une scène délicieuse Colin, prétendant encore être sourd-muet, pose par écrit toute une série de questions plus ou moins cohérentes à un maître des études balzaciennes joué avec un sérieux professoral par Éric Rohmer - une des très rares apparitions à l'écran de l'autre pôle intello[8] de la Nouvelle Vague, un homme qui cacha longtemps à sa maman qu'il était cinéaste comme d'autres cachent leur homosexualité à la leur. Pour un homme qui n'aime pas se montrer, il prend visiblement beaucoup de plaisir à jouer ce qu'il était dans la vie civile - un prof, peut-être pas aussi « donneur de leçons » (qu'est-ce qu'il met à ce pauvre Colin pour une pauvre petite faute d'orthographe[9] !), mais assez sûr de ses références pour être décidé dans ses jugements. Éclaire-t-il un Léaud effaré sur la présence des Treize dans l'oeuvre balzacienne ? Pas vraiment. Et à la question posée par le naïf de savoir s'il existe aujourd'hui des associations comparables à celle des Treize, il refuse de répondre[10]. Dès lors, comme l'infortuné Colin devenu importun aux yeux d'un maître trop sévère, nous voici livrés à nous-mêmes, furetant pour collectionner les indices.

Balzac, un des dieux de Truffaut, est aussi l'un de ceux de Rivette, et depuis son premier, Paris nous appartient,il sème ses films d'allusions ou de références balzaciennes. Par la bouche du maître balzacien/Rohmer passent les raisons premières de l'attachement du cinéaste à l'écrivain : le goût des complots, des sociétés secrètes, l'obsession d'un « dessous des cartes » ignoré du commun des mortels et où Out 1 se joue. À relire la préface où Balzac esquisse son projet, il est difficile d'en extraire des précisions : les Treize sont-ils une émanation du deep state, version xixe siècle, une société de secours mutuel de puissants prisant la discrétion[11], une association criminelle ? Un peu tout cela.

Léaud[12], acteur transversal de la Nouvelle Vague que se partageront Truffaut, Rivette et Godard, est ici assez éloigné du personnage d'Antoine Doinel ; quoiqu'ils partagent une naïveté adolescente du sentiment amoureux, et Balzac les unit - Colin se promène partout avec son volume des Treize, Doinel lisait Le Lys dans la vallée au début de Baisers volés ; devenu Claude dans Les Deux Anglaises et le Continent, du même Truffaut, c'est encore Balzac qu'il lit - et un buste de l'écrivain trône dans le salon de sa maman. Hors Léaud, Truffaut fait de Pierre Lachenay (Jean Desailly), le personnage masculin principal de La Peau douce, un spécialiste de Balzac. Pour en revenir à Rivette, l'hommage est oblique, mais évident quand il intitule un de ses cycles Scènes de la vie parallèle : rien de moins balzacien que Duelle et Noroît (more on this une autre fois), mais la signature d'une intention, une filiation (secrète, souterraine, comme il se doit).

Traces des Treize dans Out 1 : l'histoire débute le 13 avril 1970, Colin se balade avec une feuille où est inscrite la question « Suis-je un des Treize ? » ; l'Obade qui abrite la semi-retraite de Sarah est donné par Balzac comme le nom du refuge de ses treize complotistes innommés ; hors Thomas, plusieurs personnages semblent être ou avoir été impliqués dans un vaste complot ; la version complète du film (Noli me tangere) dure 13 heures[13]. Le lien entre les Treize et La Chasse au Snark, de Lewis Carroll, dont Colin recopie des passages qu'il croise avec les thèmes des Treize, et dont il lit même un extrait en anglais à un moment (accent français, mais pas mal) ? I don't know.

À Pauline, qui l'autorise à lui poser « cinq questions » (« non, se reprend-elle, trois ! »), il n'en pose que deux : « suis-je un des Treize ? » puis « faites-vous partie des Treize ? ». « Alors tu veux bien être madame Treize ? » demande Thomas à Sarah qui vient de noter qu'il « voyage nombreux », une expression qu'il ne connaît pas ou prétend ne pas connaître[14] ; il s'en sort par une boutade : « Moi ? Je voyage à douze, ou treize. » Dans les lettres qu'elle a volées à Étienne, Frédérique lit sans la comprendre une mention des Dévorants (Ferragus) puis une référence au pacte des Treize dont Pierre est membre, comme Igor (autre personnage invisible, car disparu) et Lucie, qui s'est retirée du pacte et habite 13, rue Saint-Louis-en-l'Île[15]. Il existe encore d'autres indices, c'est certain qu'un « rivettiste » (ou « rivettologue » ou « rivettomane ») a pris soin de les réunir pour une thèse ou son plaisir, comme notre voisin de Fontvieille Charles Mourgues collectionnait les sobriquets des carriers ou les noms des vallons dans la colline ; pris dans le plaisir « lynchien » de flotter dans un univers où les repères sont destinés à perdre le spectateur plutôt qu'à le guider, je ne les ai pas notés.

Sous hypnose

Je compte dans le film 26 personnages significatifs, dont 13 sont importants : est-ce moi qui hallucine ? Peut-être. Je ne serais pas surpris que tournant un film dont les acteurs survivants[16] racontent qu'il était en grande partie improvisé, dans son étrange et paradoxal combo personnel d'austérité et de surréalisme mystificateur, Rivette n'ait choisi ces nombres (2 × 13 = 26, n'est-ce pas ?) intentionnellement. Il n'a pas poussé le goût mathématique jusqu'à découper Noli me tangere en 13 épisodes : il n'y en a que huit, de durées très inégales, de 71 minutes (épisode 8) à 105 (épisode 3) et si j'en crois le chef opérateur légendaire Pierre-William Glenn, les plans-séquences ont la durée d'une bobine : 11 minutes, pas 13 ; j'ai espéré qu'il y avait 13 séquences par épisode, mais non, c'est inégal, d'autant que Rivette, d'un épisode à l'autre, fait défiler quelques photos genre « dans les épisodes précédents » qui ne sont pas là pour « expliquer » l'inexplicable, démêler l'indémêlable ou cerner l'indiscernable, mais pour approfondir le trouble, cette impression d'être mis sous hypnose qui accompagne chacun de ses films.

Dans Les Sept contre Thèbes, la pièce d'Eschyle mise en scène par Lili, les noms « Thèbes » ou « Thébains » ne sont jamais prononcés ; quant au Prométhée de Thomas, ce n'est pas le Prométhée délivré d'Eschyle, mais un Prométhée moderne, présent sur scène sous la forme d'un mannequin sans tête recouvert d'un tissu. À d'autres moments il devient une « madame Prométhée » tendant vers la pythie à qui, après un rituel initié par un Thomas prêtre et flûtiste, des visiteurs choisis et intimidés sont autorisés à poser trois questions. Puis il finira par disparaître.

Stimulés par un Thomas manipulateur, les membres de sa troupe s'essaient à des happenings où ils crient, jappent et mordent avant de se rassembler pour commenter le tout.

Parfois, sans transition claire, il semble qu'on entre dans une autre pièce, non écrite, elle, où passent des échos des outrances américaines contemporaines, heureuses ou moins, Eugene O'Neill, Tennessee Williams? on cite aussi Goethe (auf Deutsch) et Shelley (in English).

À quel genre appartient Out 1 ? C'est un film policier sans crime et sans énigme, un street-movie en forme de labyrinthe, un jeu de l'oie[17] sans fin, une comédie gaguesque, du théâtre filmé, un polar sans meurtre[18], une absurdité à la diabolique cohérence, un OFNI[19] venu d'une autre galaxie.

Il n'y a que des questions

Pourquoi puiser du burlesque dans des tragédies antiques ? Comment mêler l'incongru et le sacré ? Comment tirer une impossible fantasmagorie en s'inspirant de l'oeuvre du maître du réalisme ? Est-ce bien raisonnable ? Tout ça ne serait-il qu'un jeu, voire une vaste blague ? Suis-je, es-tu un des Treize ? Et pourquoi n'y a-t-il pas 13 pages dans ce post, mais 12, selon mon ami Crosoft[20] ?

Il n'y a pas de réponses, il n'y a que des questions[21] - et puis il y a Out 1, un truc unique et fou que le cinéma nous aura offert au moins une fois dans sa courte histoire (126 ans, on est presque à 13 × 10).

 



[1] Traduction gratuite : out there, c'est « là-bas », mais aussi « barré » en argot. Quant à far out,« loin » à l'origine, est un mot qui sent les années 1970, le Flower Power, San Francisco : « d'une autre planète ». Out 1 est un des films les plus barrés qui soient, au coeur d'une oeuvre elle-même bien barrée et à cinquante ans de distance il nous semble bien appartenir à une autre planète.

[2] Ceci est la reprise mot pour pour mot du compliment yvanaudouardien à la cuisinière : «  des bons [noms de la recette], j'en ai mangé, mais bons comme ces [nom de la recette], je ne croyais pas que ça puisse exister.

[3] Références gratuites : c'est du latin et on peut traduire par « ne me touche pas » ou « ne m'approche pas ». Selon l'Évangile de Jean, c'est ce que dit Jésus ressuscité à Marie Madeleine qui s'approche de lui. Le moment a inspiré des peintres comme Giotto, Fra Angelico, Fra Bartolomeo, Pontormo et Titien. Fun fact gratuit, d'après mon ami Wiki, il existe une fleur nommée ainsi : la balsamine des bois ou Impatiens noli-tangere ou encore impatiente ne-me-touchez-pas.

[4] Malcampo me peine en m'apprenant que cette actrice chérie de Rivette (peut-être pas autant que le couple Juliet Berto/Bulle Ogier, mais présente et secondaire, et pas mineure dans plusieurs de ses films) et auteure ( sûrement épatante, mais j'ai rien lu) est décédée le 30 avril de cette année, quatre ans pile après ma maman Françoise Audouard née Thirion,  journaliste, traductrice et auteure sous le pseudonyme de Marianne Antoine avec sa copine Monique (Florence Rémy) de plusieurs ouvrages de divertissement dont un très utile Guide de la Chasse à l'Homme.  Hi, mom, hope it's all good out there, give a big hug to Hermine when you gals meet.

[5] Vers la fin de sa vie, mon aïeule qu'est pas vraiment mon aïeule Olympe Audouard s'est fait foutre de sa gueule parce qu'elle y croyait et pratiquait. Moi, ça me fait encore un sujet où je suis « ni pour ni contre bien au contraire » (M. Retailleau à propos de M. Macron), ou « pour-contre » (Chakra G.). Référence gratuite : Olympe, par Liesel Schiffer (éditions Vendémiaire, 550 pages, 26 euros seulement), très beau, passionnant à lire de bout en bout et pas cher pour le poids, le travail, le talent de la biographe.

[6] Ici acteur et assistant, comme il le sera à trois reprises pour Truffaut (L'Enfant sauvage, L'Argent de poche, La Nuit américaine).

[7] J'aime cette mathématique floue : les 3 sont 4 et font 13.

[8] Et l'un des maîtres de mon charlopathe favori, Captain Denis, dans l'obtuse tête bretonne de qui il a déposé quelques étincelles de finesse et de culture.

[9] Le malheureux écrit « êpoque » au lieu d'« époque », une grosse faute d'accent, on est d'accord, Malcampo, mais peut-être pas de quoi le « pourrir » à ce point-là.  Malcampo me dit qu'en ce domaine, elle a vu des « écriveurs » à l'imagination beaucoup plus fertile.

[10] Pas sûr que le complotiste moyen ou le militant QAnon de base ait lu L'Histoire des Treize.

[11] C'est l'une des prémisses du foisonnant et délectable roman d'Eduardo Mendoza, la Ville des prodiges.

[12] Difficile d'imaginer en vieux monsieur le gamin espiègle des Quatre Cents Coups, mais même s'il ne tourne plus depuis cinq ans, il est toujours en vie. Si je le croisais, oserais-je lui demander s'il est l'un des Treize ou s'il pense que les femmes sont magiques ? (More on this later : la question truffaldienne par excellence).

[13] Presque (12 heures 53 minutes).

[14] Moi non plus. Malcampo ? «  Je ne connais pas », dit-elle. Si un(e) lecteur/trice peut nous éclairer, je suis preneur.

[15] Fun fact : mon père a peut-être fait partie des Treize, vu qu'après la Libération il occupait pour une misère trois chambres de l'hôtel de la Paix, quai d'Anjou, sur l'île. D'autres « zozos » (expression de Michel Tournier) étaient également pensionnaires, tous des futurs « people » dans des genres différents, de la télévision (Georges de Caunes, présentateur du journal de la Première chaîne viré sur ordre du général de Gaulle en 1968), la musique sérieuse (Pierre Boulez), la philosophie (Gilles Deleuze), la littérature (Tournier, Georges Arnaud, l'auteur du Salaire de la peur). Peut-être étaient-ils treize ?

[16] Où es-tu, elfique Juliet Berto ? Au pays des merveilles de Juliette, je suppose. Elle aurait près de quatre-vingts ans aujourd'hui et je gage qu'elle serait une petite mamie volante ou montée sur ressorts.

[17] Un peu comme le superbe pont du Nord, du même.

[18] Pauline/Emilie assomme bien un visiteur importun à l'Angle du hasard, mais je ne crois pas qu'elle le tue.

[19] Objet filmé non identifiable.

[20] Promotion gratuite : Microsoft Office, en vente dans toutes les bonnes épiceries.

[21] Promotion gratuite d'un ouvrage à paraître on sait pas quand on sait pas où, le Lexique de questions fondamentales (presque) sans réponses.

Vous voulez participer
à ce Slog,
écrire des commentaires,
partager votre point
de vue ?

S'inscrire à la Newsletter

En indiquant votre adresse mail ci-dessus, vous consentez à recevoir l'actualité des auteurs Versilio par voie électronique. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à travers les liens de désinscription.
Vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation et notre politique de confidentialité.